Il faudrait mettre fin au ressentiment mutuel, a affirmé mercredi 19 septembre le président du Conseil européen Donald Tusk.

On a l’impression à Salzbourg (Autriche), d’où s’exprime en direct le journaliste de France 3 Pascal Verdeau, d’un retour en arrière sur la nécessité de renforcer les gardes-frontières. Le consensus européen s’est brisé. Les pays comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne traînent des pieds. Ce qui fait dire au chancelier autrichien que ces pays veulent laisser filer les migrants dans le reste de l’Union européenne et éviter de les répertorier.

Etiquette: ; ; ;