L’ex-ministre de la Sécurité d’Etat géorgien, Igor Giorgadze, a présenté de nouvelles preuves d’éventuels tests d’armes bactériologiques dans le laboratoire « Lugar », près de Tbilissi, construit avec le soutien des Etats-Unis.

Le haut responsable raconte dans une interview à Sputnik-Géorgie qu’il est en train de créer un groupe d’experts, afin de prouver l’authenticité des documents reçus.

« Les travaux de laboratoire ont au moins double objectif. On le voit même d’après la liste de projets qu’on y fait. Conformément aux documents, le laboratoire a conclu plusieurs contrats suspects <…> Les clients d’un certain nombre d’études ne sont pas au ministère géorgien de la Santé, mais le Bureau de la réduction des menaces (une section du département américain de la Défense et le département nationale pour la sécurité nucléaire du ministère américain de l’énergie», a détaillé l’ancien général.

Un autre projet ayant pour titre « Epidémiologie moléculaire du foyer transfrontalier de la peste en Géorgie et en Azerbaïdjan », est consacré à l’étude des formes atypiques de la peste dans les réservoirs naturels de Géorgie. Comme les experts le suggèrent, une évaluation de leurs caractéristiques militaro-biologiques est en cours.

Les experts qui ont déjà eu le temps d’examiner les documents avancent que ces souches peuvent être utilisées comme modèles présentant un potentiel militaro-biologique pour des travaux de recherche scientifique aux États-Unis. Le montant du contrat est de 518 milliers de dollars et la date limite est fixée à la fin du mois d’octobre 2018, c’est-à-dire que les travaux sont toujours en cours.

En outre, il existe des contrats dont l’exécution est calculée jusqu’en 2019 ou même jusqu’en 2021. Par exemple, le contrat pour le soutien organisationnel et technique du Centre Lugar pour un montant de 650 000 dollars. Le client est le US Army Reid Research Institute. Cela contredit les déclarations du représentant du ministère américain de la Défense, Eric Pakhon, selon lesquelles les Américains ne sont pas liés au centre.
Giorgazde affirme que l’exposition de documents a été obtenue de sources fiables, « pour l’honnêteté et la décence dont il garantit ». « Tant que nous les trierons, les décrypterons, traduisons-les pour les poster sur notre site » Georgia hier, aujourd’hui, demain « , explique-t-il.

Etiquette: ; ;