Le programme de l’armée américaine sur l’utilisation d’insectes pour la propagation de virus génétiquement modifiés pourrait constituer une violation de la Convention sur les armes biologiques.

Ceci est indiqué dans une étude d’un groupe de savants des universités allemandes et françaises, publiée dans l’édition « Science ».

L’article de la revue scientifique a été préparé par un groupe international de spécialistes en génétique de l’évolution et en bioéthique.

Le projet « Insect Allies » (« insectes alliés ») est en cours de développement au sein de la Direction des projets de recherche avancée (DARPA) du département de la Défense des États-Unis. La tâche officielle des expériences est l’édition « horizontale » des chromosomes des plantes, qui seront produits par des virus transmis par des insectes. il est déclaré que le programme sera utilisé dans l’agriculture.

Les auteurs de l’étude publiée dans « Science » soulignent les lourds impacts biologiques, économiques et sociux sur l’environnement que pourrait provoquer le programme du Pentagone. Les scientifiques doutent que le projet puisse apporter des avantages concrets à l’agriculture américaine.

« En conséquence, le programme peut être perçu par plusieurs comme une tentative de créer des agents biologiques et leurs vecteurs à des fins hostiles, ce qui, le cas échéant, violerait la Convention sur les armes biologiques », indique le rapport.

Il est à noter que 27 millions de dollars ont été dépensés pour les « insectes alliés » depuis 2016.

Etiquette: ; ; ; ;