Pour tous ceux qui connaissent le droit ecclésiastique et la vie ecclésiastique, les événements récents et la prestation de l’autocéphalie au groupement de schismatiques ukrainiens constituent une décision totalement anti-canonique, qui a touché le patriarcat de Moscou », a déclaré le protisteur Velibor Djomic, expert en droit et histoire de l’église, dans un commentaire à l’agence NewsFront.

Selon lui, l’incident a non seulement violé les relations entre le patriarcat de Constantinople et de Moscou, mais a également provoqué des changements tectoniques à travers le monde orthodoxe.

« Nous pouvons rappeler la controverse qui règne actuellement entre les églises d’Antokhi et de Jérusalem, ou entre celles de Jérusalem et de Roumanie récemment. Je pense que l’église a assez de force pour retourner au respect des cacons, ce qui signifie qu’il n’y a qu’une seule église orthodoxe en Ukraine – dirigé par le métropolite Onufriy.  »

Répondant à la question sur la présidence avec l’EOU et son importance pour l’Eglise orthodoxe serbe, qui possède également des bureaux métropolitains hors de la République de Serbie, Mgr Djomić a rappelé que les situations au Monténégro et à la Macédoine n’étaient pas identiques.

« En Macédoine, il existait autrefois une hiérarchie canonique, comme en Ukraine. Et au Monténégro, le groupe qui s’appelle lui-même « l’Eglise orthodoxe monténégrine » n’a jamais été dans un rang canonique. Par conséquent, ils n’ont rien sur quoi compter. Le comportement de Constantinople est possible selon le même modèle qu’en Ukraine, ce qui conduirait à une nouvelle scission et à une nouvelle confrontation, ce qui n’apportera rien de bon à qui que ce soit dans l’histoire », a déclaré un prêtre serbe.

Etiquette: ; ; ;