Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a exhorté ses militants à faire des élections européennes de mai prochain « un référendum anti-Macron massif », lors d’un meeting mardi à Lille.

« Il faut gagner cette élection européenne en en faisant un référendum anti-Macron massif », a lancé M. Mélenchon devant quelque 1.300 personnes réunies au théâtre Sébastopol, qui l’ont accueilli aux cris de « Résistance ».

« Nous allons au mois de mai prochain clamer de toute notre force +stop Macron+, a-t-il lancé. L’objectif est d’être « vainqueur de cette bataille », en « en faisant un référendum anti-Macron massif ». « Les balles de nos fusils, ce sont les bulletins de vote », a-t-il affirmé.

Le député des Bouches du Rhône était particulièrement attendu, 15 jours après les perquisitions menées au siège de LFI et à son domicile dans le cadre de l’enquête sur les comptes de sa campagne présidentielle.

Il a remercié ses militants « après ces 15 jours passés sous l’outrage et l’offense permanente ». « Nous allons vaille que vaille régler nos comptes », a-t-il déclaré, assurant « croire en la démocratie ».

« La judiciarisation de la vie politique est dorénavant la stratégie de ‘l’Empire’ dans tous les pays du monde », a fustigé M. Mélenchon, en se redisant victime d’une « persécution politique ».

Lors de ce meeting officiellement placé sour le thème de « la fraude fiscale », Jean-Luc Mélenchon a brassé des thèmes aussi variés que le trafic d’armes, l’écologie, la pauvreté et la hausse des prix du carburant, attaquant une nouvelle fois « l’irresponsabilité de la finance ».

Sur le plan international, il a réagi à l’élection de Jair Bolsonaro au Brésil. « Hier, c’était soir de deuil. L’extrême droite a triomphé. L’ennemi a frappé: les Etats Unis d’Amérique », a-t-il clamé. « Ce sont les Brésiliens qui nous avaient ramenés sur le sentier du renouveau, du social, de l’écologie. »

Etiquette: ; ; ; ;