L’auteur du projet « Stimme Deutschlands » (Voix de l’Allemagne), Serguei Filbert, s’est exprimé sur la fin de la carrière politique d’Angela Merkel.

Après la chute des résultats lors des élections à Hesse, la chancelière Angela Merkel a annoncé la fin de sa carrière politique. Bien sûr, cette nouvelle a fait sensation dans les médias.

– De nombreux hommes politiques démissionnent, mais Angela Merkel a annoncé la fin de sa carrière après trois ans à la chancelière. N’est-ce pas trop tôt ?
– Il est très difficile de juger ce qui se cache derrière cette décision. En tout cas, il n’est pas trop tard.
Comme Mikhaïl Gorbatchev l’a déclaré dans son discours de 1989, Celui qui est en retard, est puni par la vie. Ceci, bien sûr, ne peut pas être dit à propos de Angela Merkel, ce sont l’Allemagne et ses partenaires qui sont punis.

Même si Merkel s’en va et le fera déjà demain, en Allemagne, il n’y aura pas de changements rapides, car Merkel n’est pas la présidente, mais la chancelière de la part d’un parti, donc son parti est derrière elle.

Cela ne va certainement pas se produire dans un avenir proche, car l’Union démocratique démocrate allemande (CDU), le Parti social-démocrate (SPD) et les Verts ont la même politique, mais sous des noms différents. Ils poursuivent une politique de privatisation néolibérale dans tous les pays, que ce soit la Hesse ou la Bavière, créant un État socialiste.

Et cela a commencé depuis l’époque du chancelier Schroeder. Nous voyons que les chiffres du parti sur le bulletin de vote sont en baisse. CDU et SPD ont toujours gagné plus de 40 %, et maintenant ils n’ont pas atteint même 20 %.

Toutes les éditions allemandes écrient à propos de Merkel. Dans l’une des émssions russes, un représentant des médias allemands, un libéral, a déclaré que Merkel allait partir au sommet de sa carrière, après avoir tant fait pour l’Allemagne. Pourquoi était-elle si punie ? Mais ce n’est pas seulement elle qui est puine. mais aussi les représentants des lands et de toute la république fédérale par l’autorité du gouvernement.

Les représentants de partis menant une politique interne qui n’estpas si mauvaise seront punis, car ils agissent de la sorte en politique étrangère, ce qui conduit à un échec lors des élections.

– Les médias allemands approuvent principalement la démission de Merkel. Cela peut être comparé à un ballon qui tombe rapidement et qui a laissé tomber le ballast. Mais la question est de savoir si la chancelière ou le parti est ce « ballast »-là.

– Tous les deux. Il existe une culture politiquement médiatique, qui impose une certaine direction et inspire aux gens que le parti est nouveau, mais comme je l’ai déjà dit, Merkel est la tête du parti et toutes ses actions sont coordonnées. Depuis 18 ans, elle est à la tête du parti, ce qui signifie que si elle perd ou quitte, ce sera une tentative de garder les électeurs sans changer de parti. Ainsi, les candidats suivants sont Merkel 2, Merkel 3, Merkel 4. Il n’y a pas de nouvelles personnes, elles appartiennent toutes au parti. Le même truc a été fait par Schultz, le chef de la faction sociale-démocrate. Comme Sarkozy en France, il venait de nulle part, était le représentant de Merkel à Bruxelles, où il dirigeait sa politique, puis rentrait en Allemagne en tant qu’opposant, opposant à Merkel. Cela a été programmé par les médias, maintenant nous voyons la même chose. Peu importe qui vient maintenant, il n’y aura pas de grands changements : sur les terrains pendant quelques années, tout restera en place.

– La question est de savoir qui deviendra les successeurs de Merkel ne postera pas? Peut-être Friedrich Mertz ou Jens Shpan? Personnellement, il me semble que Mertz, en tant que membre de BlackRock, est à la tête de la principale association privée à but non lucratif Atlantik-Brücke et représente des mondialistes comme Obama, Clinton ou Soros.

Pouvez-vous prédire quelle voie l’Allemagne post-Merkel prendra sur la scène politique nationale ?

– D’abord, cela ne dépend pas tant du départ de Merkel que des résultats des élections en Amérique. Si Trump maintient sa position, au moins quelque chose peut changer. Après tout, Trump est toujours là et le cours de l’Allemagne est toujours le même. Nous allons nous débrouiller dans la politique intérieure, rien ne changera en politique étrangère. Kiev poursuit la question des sanctions contre la Russie. La situation rappelle la Grèce, l’Ukraine n’a absolument rien à se réjouir. Ainsi, le Fonds monétaire international accorde des prêts, indiquant ce que l’Ukraine doit faire comme la Grèce : privatisation, obligations d’État, ventes importantes aux investisseurs, telles que la vente des rues, des cliniques, des écoles et de tout ce qui peut se vendre. Par conséquent, tout augmente, y compris les tarifs du gaz, car les entreprises devraient recevoir de l’argent, mais pas en Ukraine. Rien ne changera jusqu’à ce que l’Amérique change de politique et dépend de Trump. Si Trump va plus loin, Mertz viendra et je suis sûr à 80 % qu’il en sera ainsi, car les médias l’instillent. Si les Allemands continuent à se comporter de manière idiote, le gouvernement fera de même, juste à d’autres voix. Les personnes formées dans une certaine société après la guerre froide, qui a le dogme et la politique des plus riches du monde. C’est tout.

Etiquette: ; ;