Professeur assistant au département des sciences humaines et sociales à l’université de Khalifa aux Émirats Arabes Unis, le Docteur Brendon J. Cannon a déclaré, sur la position de la France face aux événements historiques, « la France préserve depuis toujours, le deux poids deux mesures.

D’un côté, elle reconnait comme génocide les événements de 1915 et de l’autre, refuse totalement d’accepter la portée juridique et morale de ses crimes en Algérie ».

Brendon J. Cannon rappelle les tergiversations de la France au sujet des crimes commis en Algérie, le Docteur Brendon J. Cannon, a indiqué que la posture de ce pays face aux événements historiques a toujours été partiale.

« D’un côté, elle reconnait comme génocide les événements de 1915 et de l’autre, refuse totalement d’accepter la portée juridique et morale de ses crimes en Algérie », a-t-il souligné.

Sur les raisons qui ont poussé le président français, Emmanuel Macron, à replacer à l’ordre du jour la question arménienne, Cannon a suggéré que la France agissait comme bon nombre de pays, en politisant l’histoire à des fins d’équilibres intérieurs.

« Au nom de cette politique, ils (ces pays) tentent de falsifier l’histoire. Même s’il s’agit d’une tactique facile, elle n’est pas étique d’un point de vue historique et légale. Et Macron doit être critiqué pour cela », a-t-il insisté.

Etiquette: ; ;