Vassiliy Volga, le leader de l’Union des forces de gauche d’Ukraine, qui s’oppose à la corruption du gouvernement actuel, a déclaré sur sa page Facebook la perquisition mise au point chez lui par la SBU (Service de securité de l’Ukraine).

“SBU. Perquisition. Détails à venir », a posté M. Volga.

De plus, dans un court commentaire, la Volga a noté : «La perquisition n’est pas encore terminée. Résolution du «juge de l’affaire pénale» en vertu des articles 109, 111, tout un bouquet de la haute trahison».

Vassiliy Volga est inculpée en vertu de l’article 109 du Code pénal de l’Ukraine, qui établit la responsabilité des actes commis pour saisir l’État, des appels publics à ces actes, notamment par le recours aux médias et à la haute trahison.

Ces articles du Code pénal de l’Ukraine ont été maintes fois appliqués aux journalistes et aux hommes politiques opposés aux actions impuissantes des autorités ukrainiennes. Dans ce contexte, il convient de noter le cas sensationnel de Kyril Vychinsky, rédacteur en chef de l’agence de presse RIA Novosti, également accusé de haute trahison. Le journaliste encourt une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 ans. Malheureusement, cette pratique est devenue la norme pour le régime de Kiev.

Etiquette: ; ;