L’ambassadeur permanent de Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari, a affirmé que la Syrie continue à remplir ses engagements en vertu de son adhésion à l’OIAC et poursuit sa guerre contre le terrorisme qui ne prendra pas fin sous n’importe quel chantage politique ou médiatique et n’importe quelle exploitation de sang des innocents en Syrie ».

Lors d’une séance tenue aujourd’hui par le Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, Jaafari a indiqué que la Syrie s’engage à l’interdiction des armes de destruction massive et qu’elle avait avancé à la fin de l’an 2003 alors qu’elle était membre du Conseil de sécurité une initiative pour vider le Moyen-Orient de ces armes, mais les Etats-Unis avaient menacé d’opposer le veto en cas de soumettre le projet de résolution.

Jaafari a fait noter que la Syrie appelle à l’engagement d’ « Israël » à l’adhésion au Traité sur la non-prolifération et à la soumission de tous ses établissements et activités nucléaires au contrôle de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

« La Syrie a rempli ses engagements en vertu de son adhésion à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques « OIAC » et ses engagements conformément à la résolution du Conseil de sécurité N°2118 de l’an 2013 », a-t-il dit, assurant que la Syrie s’attache au traitement avec positivité, transparence et flexibilité à cet égard.

Et Jaafari de poursuivre : « Les pays qui ont convoqué Conseil de sécurité aujourd’hui sont les mêmes qui avaient contribué à la possession par les groupes terroristes des agents chimiques », faisant savoir que ces groupes avaient utilisé les agents toxiques contre les Syriens.

Jaafari a indiqué que des pays occidentaux incitent les groupes terroristes à utiliser les agents chimiques contre les civils à Idleb et fabriquent des preuves en vue d’accuser le gouvernement syrien et d’intervenir pour sauver les groupes terroristes, comme ce qui s’était passé à l’incident de Khan Chikhoun.

« La Syrie s’étonne de la non adoption par le Conseil de sécurité de n’importe quelle mesure à l’encontre des pays soutenant les groupes terroristes et leur facilitant la possession des agents chimiques », a-t-il fait noter.

Il a souligné que la Syrie condamne l’usage des armes chimiques et n’importe quelle arme de destruction massive et considère cet usage comme un crime contre l’humanité.

Jaafari a réaffirmé que l’armée arabe syrienne n’avait point utilisé d’armes chimiques et n’en dispose plus.

Jaafari a fait savoir que des pays occidentaux membres du Conseil de sécurité continuent à faire du chantage aux tribunes de l’ONU pour couvrir les crimes qu’ils avaient perpétrés contre le peuple syrien et pour couvrir les crimes des groupes terroristes.

Jaafari a indiqué que la découverte des fosses communes dans la ville de Raqqa avait augmenté, à 4000, le nombre des martyrs dans la ville à cause du bombardement par les forces de la soi-disant « Coalition internationale » et dévoile la réalité et la barbarie des crimes de cette Coalition.

« La Syrie réclame au Conseil de sécurité d’agir pour arrêter les crimes de la « Coalition internationale », de mener une enquête internationale sur ces crimes et sur les massacres collectifs et de mettre fin à la présence hostile et illégale des forces américaines et des autres forces sur ses territoires », a-t-il conclu.

Etiquette: ; ;