Laurent Wauquiez a accusé aujourd’hui Emmanuel Macron de mettre en oeuvre une stratégie « terriblement cynique » en réduisant le débat à un affrontement entre « progressistes » et « nationalistes » en vue, notamment, des élections européennes de mai 2019.


Le président des Républicains (LR), qui s’exprimait sur France Inter, a dit vouloir incarner pour sa part « une autre alternative démocratique dans le champ républicain par rapport à ce que peut représenter Emmanuel Macron ». « Il cherche à organiser en France comme en Europe une stratégie terriblement cynique consistant à dire ‘c’est moi ou le chaos, il n’y a au fond dans le champ démocratique plus que moi ou l’extrême droite' », a déclaré Laurent Wauquiez.

« Il semble même désirer ce débat, d’une espèce de face-à-face mortifère entre lui et Marine Le Pen en France et au niveau européen entre lui et les populistes désignés, type Salvini », a-t-il ajouté en citant le ministre italien de l’Intérieur, également chef de file de la Ligue, classée à l’extrême droite. « Je vois très bien pourquoi il fait ça, il a compris qu’il n’y aurait plus de vote d’adhésion pour sa personne », a encore dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, pour qui le chef de l’Etat « brandit cet étendard de la lèpre populiste ».

A l’approche du scrutin européen, programmé le 26 mai prochain, le président français a théorisé le duel entre ceux qu’il qualifie de « progressistes », en s’incluant dans ce groupe, et les « nationalistes », qui seraient conduits notamment par le premier ministre hongrois, Viktor Orban, et Matteo Salvini. Emmanuel Macron a encore dramatisé cet enjeu ces derniers jours en dressant un parallèle entre l’actualité et l’entre-deux-guerres, marqué par la montée des extrêmes qui a débouché sur la Seconde Guerre mondiale.

Etiquette: ; ; ;