«Les élus locaux en ont marre» – chantant la Marseillaise, une centaine de maires et d’élus d’Île de France ont manifesté ce samedi matin à Paris.

Parmi leurs revendications, la décentralisation et le développement des services de proximité. L’apparition de gendarmes les empêchant d’aller vers l’Assemblée nationale a suscité leur colère.

Annoncé le 10 novembre à 10h00, le rassemblement de maires et d’élus d’Île de France de différentes convictions politiques soutenu par l’Association des maires de l’Île-de-France (AMIF) et le Forum métropolitain du Grand Paris a bien eu lieu et a attiré une centaine de personnes.

Avec leur écharpe tricolore et chantant la Marseillaise, ils se sont réunis en cette matinée pluvieuse pour exprimer leur volonté d’être «des maires et élues de proximité au service des habitants» et ce avec le soutien de l’AMIF et du Forum métropolitain du Grand Paris.

«Les villes sont dans une grande panade financière. On nous demande de faire de plus en plus de chose en direction, d’accepter des transferts de l’État — on nous oblige à les prendre — et de l’autre côté on nous supprime des moyens financiers. Il s’agit pour nous de pouvoir continuer à développer les services publics, que les crèches, les écoles, la voirie, la culture, le sport puissent répondre aux besoins de nos populations», a expliqué à la correspondante de Sputnik Olivier Mériot, adjoint au maire de Gennevilliers.

 

Etiquette: ;