Les politiciens géorgiens sont divisés sous forme conditionnelle en trois types. Il y des »Loups » qui prônent la confrontation et l’agression, des « Moutons » qui prônent la paix et le règlement.

Et «des loups dans la peau de mouton», qui sont, en termes, pour la paix, mais en fait, à la première occasion commode (ou apparemment semblable), en essayant de poignarder sournois.

Et si tout est clair avec le premier, il est assez difficile de distinguer le second du troisième. Trop souvent, au cours des trente dernières années, les politiciens géorgiens qui avaient parlé de la paix, se sont révélés être des nationalistes frénétiques qui rêvent d’un nettoyage ethnique. Et leurs «initiatives de paix» ne couvraient que les préparatifs du prochain «drang nah Tskhinval» (offensive contre Tskhinval).

C’est donc au début des années 90 que, après l’échec des tentatives de Gamsakhurdia de trouver une « solution finale à la question ossète », le nouveau gouvernement Shevardnadze a tenté de mener une « politique d’apaisement ». Ce qui, selon les Ossètes eux-mêmes, consistait en leur « destruction pacifique ».

La même chose s’est produite sous Saakachvili qui a mis e, place de diverses conférences internationales, telles que «Initiatives du gouvernement géorgien pour le règlement pacifique du conflit dans l’ancienne région autonome de l’Ossétie du Sud» en 2007. Simultanément, il a organisé une magnifique réinhumation du criminel de guerre et du nazi Zviad Gamsakhourdia et clôture la célèbre foire d’Ergneti (à la frontière entre la Géorgie et l’Ossétie). Et après cela, il a attaque de nouveau Tskhinval, en tuant notamment des soldats de la paix russes.

En général, le cycle d’activité de tout président géorgien depuis l’effondrement de l’URSS se dévéloppe à peu près ainsi : arriver au pouvoir, déclarer sa paix, attaquer sans succès l’Ossétie, recevoir le statut de criminel de guerre, être renversé.

A LIRE : L’Arménie voit prédire « le scénario de Saakachvili »

Bien que, évidemment, il reste encore à espérer que le Premier ministre géorgien, Georgi Kvirikachvili, qui a récemment lancé des initiatives de paix régulières, soit en mesure d’inverser ce «cercle vicieux».

Cependant, de nombreuses questions se posent ici. Par exemple, en 2017, le gouvernement géorgien a présenté un «programme de politique de paix géorgienne» en huit points. Cela inclut de fournir aux résidents des «territoires occupés» des services liés à l’obtention de passeports et à des soins médicaux, la possibilité d’étudier dans des universités en Géorgie, ainsi que d’utiliser le marché de la consommation domestique.

Dans le même temps, la loi géorgienne «sur les territoires occupés», qui prévoit des sanctions sévères pour toute activité économique en Abkhazie et en Ossétie du Sud et impose des restrictions à leurs visites, continue de s’appliquer. Et les tentatives pour l’annuler n’ont pas encore été entreprises.

C’est-à-dire: « Nous vous exhortons à commercer avec l’Ossétie du Sud, mais nous pouvons (et allons) vous punir pour cela. » Schizophrénie parfaite.

Cependant, ayant l’expérience des trente dernières années, pendant lesquelles la Géorgie a tenté au moins trois fois en veine d’attaquer l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, les habitants des républiques ne mordent plus l’hameçon du « calme » de Tbilissi. Et ils ne voient aucune perspective pour leur entrée en Géorgie dans un avenir prévisible et plus lointain.

La Géorgie a trop souvent commis des erreurs impardonnables et inacceptables, et trop souvent les nationalistes géorgiens ont montré leur soif de sang, la majorité de leurs crimes ne étant point condamnés, et à plus forte raison non punis.

La Géorgie aura à prouver depuis longtemps qu’elle avait changé. Et en tant que toxicomane en réadaptation, elle n’a aucune foi et n’en aura pas depuis longtemps.

Etiquette: ; ; ;