La lutte communautariste touche également le parti de Marine Le Pen. Un membre du Rassemblement national, Jean-Richard Sulzer, a décidé de créer avec d’autres militants une association pour protéger le parti RN de toute dérive antisémite

Existera-t-il bientôt un Rassemblement national (RN) musulman ou un Rassemblement national chrétien ? La question n’est pas insensée puisque le magazine Challengesa fait savoir le 30 novembre qu’un militant du parti de Marine Le Pen, Jean-Richard Sulzer, avait décidé de créer une association afin de lutter contre les dérives antisémites.

Celle-ci se nomme Rassemblement national juif et regrouperait selon l’ex-adjoint aux Finances du maire d’Hénin-Beaumont, interviewé par Challenges, «des élus, des militants et des sympathisants du Rassemblement national qui ont à cœur de sensibiliser les dirigeants du Rassemblement national au ressenti de la communauté juive au sein du parti».

Pourquoi ce collectif se regroupe-t-il aujourd’hui ? Jean-Richard Sulzer constate «l’arrivée dans les instances du parti et l’entourage de Marine Le Pen de personnalités qui les inquiètent». «Et, pour le dire clairement, qu’on soupçonne de penchants antisémites», ajoute-t-il, décrivant sa structure comme «un comité de vigilance».

Il affirme que son groupe veillera aux candidatures et investitures du parti lors des futures élections, à commencer par les européennes. «Très clairement, si nous ne sommes pas entendus et que nous observons une dérive du parti, la vingtaine de membres de notre collectif n’hésitera pas à claquer la porte du Rassemblement national», menace-t-il, se flattant en outre d’avoir porté une kippa lors de sa rencontre avec Steve Bannon, lors du congrès du parti à Lille en mai dernier.

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;