Alors que la caravane des habitants d’Amérique centrale en quête d’une vie décente approchait récemment des principaux points de passage de la frontière américano-mexicaine, le président Trump a envoyé des troupes avec l’ordre de tirer sur les intrus. Lorsque la caravane s’est dirigée vers d’autres parties de la frontière, les femmes et les enfants ont été confrontés à des gaz lacrymogènes, le président Trump, montrant son ignorance de tout ce qui est scientifique, prétendant que c’était une version diluée

En 1954, les États-Unis ont renversé le Guatémaltèque Jacobo Arbenz, qui était arrivé au pouvoir grâce à des élections et espérait faire reculer certaines des politiques les plus flagrantes dictées par Washington, qui maintenaient l’Amérique centrale dans la pauvreté. Cinq ans plus tard, Fidel Castro fait une entrée triomphale à La Havane – alors que l’homme fort américain Batista s’enfuyait – apportant une forme unique de socialisme dans « l’arrière-cour » des États-Unis. Aujourd’hui, deux ans après sa mort, la Russie envisage de rouvrir un poste d’écoute à Cuba, tandis que la Chine investit massivement en Amérique latine. Non seulement les ventes militaires chinoises dans la région sont passées de presque rien en 2005 à 130 millions de dollars en 2014, en apportant son projet Belt and Road sur le continent sud, mais Beijing remet en question la doctrine Monroe de Teddy Roosevelt qui a empêché les Latinos de progresser depuis plus de cent ans.

La semaine prochaine, après le sommet du G20 à Buenos Aires, le président chinois Xi se rendra en visite officielle au Panama pour discuter du canal construit par Teddy en 1903. En 2013, le Nicaragua avait prévu de construire un deuxième canal, mais l’homme d’affaires chinois qui devait le financer a fait faillite. La visite de Xi au Panama laisse penser que la Chine pourrait relever le défi consistant à transporter davantage de marchandises entre son océan Pacifique et l’Atlantique américain.

Il y a cent cinquante ans, des immigrants chinois ont été amenés à travailler sur les premiers chemins de fer d’Amérique du Nord, ce qui a donné lieu à une culture de discrimination encore ressentie aujourd’hui par certains Chinois américains. La différence est que la Chine est désormais en mesure de faire de l’hémisphère sud-américain un « prolongement naturel » de sa Route de la soie maritime et un « participant indispensable » au projet Belt and Road qui relie l’Asie à l’Atlantique à travers l’Eurasie.

Comme pour enfoncer le clou, le Président Xi a rencontré le Président argentin Mauricio Macri en marge du Forum de la ceinture et de la route de 2017 à Pékin, et lors du deuxième forum ministériel en janvier 2018, l’Argentine a signé une déclaration de coopération qui définit l’Initiative ceinture et route comme  » une nouvelle plate-forme pour une coopération mutuellement bénéfique  » entre la Chine et l’Amérique latine.

Le financement et le développement des infrastructures font partie intégrante de l’approche de la Chine en Amérique latine (ainsi qu’en Afrique) depuis plus de 10 ans, générant un financement de l’état à environ 150 milliards de dollars américains. Sur ce montant, environ 27 milliards de dollars ont été affectés à des projets d’infrastructure, notamment une route au Costa Rica, des chemins de fer en Argentine et un port à Trinité-et-Tobago. Et la seule chose que les États-Unis puissent offrir c’est leur dépit, avertissant que les projets individuels Belt et Road, « comme toute entreprise, pourraient échouer et décevoir », et en soulignant de manière encore moins convaincante que  » l’accent mis par la Chine sur la connectivité, ne parvient pas à  » rivaliser avec le caractère central des industries et produits miniers dans les relations commerciales sino-latino-américaines « . Enfin, en désespoir de cause, les États-Unis affirment que la Chine voudra contrôler toutes les phases de la chaîne d’approvisionnement, bafouant les droits des communautés locales et surtout des peuples autochtones, comme si les Latino-Américains n’étaient pas favorables à la présence de la Chine.

En fait, après près de deux siècles d’existence de la doctrine Monroe, l’Amérique latine se félicite du fait que, contrairement aux États-Unis, la Chine tient à ne pas intervenir dans les affaires de ses États clients et que son financement à long terme n’est pas soumis aux caprices du Congrès, permettant au yuan de parler pour lui-même.

Alors que les États-Unis envoient des navires de guerre pour manifester leur mécontentement vis-à-vis des atolls construits par la Chine dans ses eaux intérieures, le « capitalisme à visage chinois » est entré dans son arrière-cour sans tirer un coup de feu.

Etiquette: ; ; ; ; ;