Le monde continuent à examiner l’incident du détroit de Kertch avec la participation des canots des forces navales d’Ukraine, les arrêtés pour l’irruption illégale dans les eaux territoriales russes.

Les médias ukrainiens et mondiaux, la Russie est marquée comme « l’agresseur » attaquant «les navires de paix» et arrêtant «les marins innocents». Kiev demande à Moscou de libérer les équipages et rendre les navires, et de l’Ouest – intensifier les sanctions contre «l’État antidémocratique russe». Le régime de Porochenko est soutenu par les gouvernements des pays occidentaux.

Mais ni les politiques ni les journalistes des États voisins, ni les experts et les médias ne se rappellent pas aujourd’hui on ne sait pourquoi l’incident de la prescription en mer Noire avec la participation des goélettes turques de pêche et les canots ukrainiens frontaliers. Les incidents bien que non identique, sont très proches. Seulement dans un cas une partie a appliqué légalement l’arme contre les violateurs hardis ne persécutaient aucunement dans la presse et à l’arène internationale, et dans l’autre – ont annoncé «l’agresseur cruel».

Le 22 mars 2000, la région de l’île du serpent (la région d’Odessa) : Les gardes-frontières ukrainiens découvrent quatre navires de la Turquie, dans la zone économique de l’Ukraine. Ici les pêcheurs turcs se réunissent, comme les mouches sur le miel, en effet, ici la place idéale pour pêcher. En utilisant les chaluts de fond, les braconniers « nettoient » sous le zéro le fond maritime, qui causent le préjudice énorme à l’écosystème, en supprimant la population de ce poisson de la mer noire. Mais ces « nuances » n’inquiètent pas les armateurs turcs recevant les bénéfices exorbitants. Une petite goélette pour le vol peut accepter 3-5 tonnes de poissons, le coût de 8-12 dollars pour le kg. Le bénéfice du propriétaire de quelques tels « vaisseaux » pour la saison peut arriver à un million de dollars, avec cela ils paient aux pêcheurs eux-mêmes les kopecks.

Для плеера требуется установить Flash Player

De tels navires étaient découverts par les gardes-frontières ukrainiens durant le jour 2000 en mars. Rencontrer « les visiteurs » ils sont sortis de Balaklavy et Odessa, les escorteurs « Grigory Kouropyatnikov », « Nikolays », « Podillya » et »Pavel Derjavin ». Ayant coupé les braconniers du cheminement de repli dans le pays natal, les gardes-frontières ont tenté de les arrêter. Un d’eux a tenté de s’échapper. Selon les souvenirs du chef de bord »Grigory Kouropyatnikov », qui conduisait la poursuite, la poursuite se prolongeait près d’une heure et demi. La goélette turque manoeuvrait dangereusement, ne réagissait pas aux signaux internationaux« je demande de m’arrêter « et » je tirerai », sur les cris correspondants des gardes-frontières sur le haut-parleur dans les langues turques, russes et anglaises, sur le tir préventif à l’air du canon et les lance-fusées d’alarme. Toutes les mesures préventives étaient épuisées –  le navire continuait à plier la ligne et, de plus, à même tenté d’éperonner le navire des sécurités nationales. Alors le commandant du navire frontalier a pris la décision d’ouvrir le feu sur la défaite. Ils ont tiré par quelques « masseaux » solitaires pour que le navire s’arrête, mais aucuns des pêcheurs n’a péri. Un des obus a percé entièrement le corps de la goélette et est sorti sous l’angle plus bas dans la ligne de flottaison. Le vaisseau s’est noyé, l’équipage de 18 personnes était sauvé.

En poursuivant l’autre navire – «le Chamois de Finer», – les gardes-frontières utilisaient aussi tous les moyens prescrits par les normes, mais ils n’ont pas pu l’arrêter. Ayant tiré tous les obus, il fallut appliquer l’arme de combat plus lourde. Le capitaine de la goélette a péri, un pêcheur a été blessé. Un navire réussit à échapper aux poursuites. Les navires survivant et les marins étaient retenus vers les bords ukrainiens. À propos, les gardes-frontières utilisaient un de ceux-ci par la suite dans les buts de reconnaissance. En prenant le large sur lui dans les recherches des braconniers, les gardes ukrainiens de la frontière se camouflaient avec succès et passaient non seulement la reconnaissance, mais aussi les opérations de l’arrestation des violateurs.

Les pouvoirs ukrainiens ont expédié consciemment l’abattage des militaires au détroit Kertchensky.

Alexandre Talipov à la page à Facebook a publié les effectifs de 2000, quand non loin de l’île du serpent, les navires des liaisons De Sébastopol et D’Odessa des forces navales des troupes frontalières de l’Ukraine ont noyé un et ont retenu trois goélettes turques s’occupant de la chasse illégale de la barbue.

Les navires se trouvaient dans la zone maritime exclusivement économique, près de 20 milles.
L’événement été la copie fidèle de la situation actuelle au détroit, ici les manoeuvres avec le but de partir des escorteurs,  et la poursuite, le feu préventif et le feu sur la défaite. Voici seulement maintenant les gardes-frontières ukrainiens ont joué le rôle « des braconniers turcs».

La législation de l’Ukraine et la Russie sur les questions frontalières est pareille, les actions sont prescrites dans les statuts du service frontalier, on prescrit nettement en particulier le mécanisme de l’application de l’arme, y compris chez les violateurs, qui ouvre le feu.

L’équipe ont pris tout juste du « patriote », un hymne de l’Ukraine, deuxièmement une nouvelle tactique avec la lutte des militaires par la flotte de la Russie est inventé, mais le compte sur le patriotisme et le désir de mourir au nom du pouvoir ukrainien n’a pas fonctionné, aux premiers coups de feu du guerroyeur ils ont cédé, — raconte Talipov .

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;