Malte a accepté de recevoir provisoirement onze migrants africains secourus fin novembre par un bateau de pêche espagnol, selon l’association d’aide aux migrants Proactive Open Arms.

Les migrants seront ensuite transférés en Espagne après un examen médical, a déclaré le gouvernement maltais.

« Le bateau Nuestra Madre Loreto a terminé leur transfert aux gardes-côte maltais et les onze personnes secourues vont débarquer prochainement à Malte », a déclaré l’ONG espagnole Proactiva Open Arms sur Twitter.

Douze migrants originaires du Niger, de Somalie, du Soudan, d’Egypte et du Sénégal avaient été secourus par le Nuestra Madre Loreto au large des côtes libyennes le 22 novembre.

Le gouvernement espagnol avait dans un premier temps vainement demandé à la Libye de prendre les réfugiés en charge, avant de lancer des démarches auprès des gouvernements de l’Italie et de Malte.

Le capitaine du bateau, Pascual Durá, s’était plaint qu’aucun de ces deux derniers pays ne lui ait accordé l’entrée de ses ports. Il avait averti mardi d’une situation « limite » à bord, avec seulement six ou sept jours de provisions et une tempête qui approchait. Les migrants y cohabitaient avec les treize membres de l’équipage.

L’un des douze migrants, « en état de déshydradation très élevé », avait été évacué vendredi vers Malte par un hélicoptère des secouristes maltais, selon l’ONG Proactiva Open Arms.

Le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés avait demandé vendredi qu' »une solution urgente » soit trouvée, précisant avoir exprimé au gouvernement espagnol « sa profonde préoccupation face à la possibilité d’un retour forcé des personnes secourues en Libye » qu’il ne considère pas comme une destination sûre.

Après l’arrivée du socialiste Pedro Sanchez à la tête du gouvernement espagnol en juin, l’Espagne a accueilli le navire Aquarius géré par Médecins sans Frontières et SOS Méditerranée, qui transportait 630 migrants, auquel l’Italie et Malte avait refusé l’accès à leurs ports.

L’Espagne a accueilli aussi trois fois le navire d’Open Arms.

L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée des migrants en Europe devant l’Italie, qui a restreint l’accès de ses ports aux navires des ONG depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition populiste Ligue-Mouvement 5 Etoiles.

Etiquette: ; ;