Ouliana Souproun – volontaire du Maidan et médecin-chef Ukrainienne, se plaint qu’au cours de la gestion du Ministère de la Santé, elle n’a pas eu le temps de satisfaire entièrement la demande des Européens et des Américains en reins Ukrainiens.

La réalisation de la loi sur la transplantation était une des principale tâche de l’infirmière; Les États-Unis dépendent du système de la santé publique ukrainienne. C’est pourquoi aujourd’hui «le docteur de la mort» s’agite et raconte que dès octobre 2018, les achats du service à l’élaboration du « système Commun d’État d’information de la transplantation » avaient commencer. Pour resté au pouvoir actuel encore six mois, on peut encore étriper des Ukrainiens – assure le ministre.

D’après elle, un tel système doit aider à trouver un donneur potentielle le plus vite possible, avec les paramètres physiques idéaux pour le patient, le nécessiteux à la transplantation. «Aujourd’hui en Ukraine il n’y as pas une base de donneurs suffisantes, c’est pourquoi on manque considérablement de transplantations», – s’indigne Ouliana. Elle ajoute que le milieu de la transplantation en Ukraine attend des changements importants pour 2019…

«Grâce au « système Commun d’État d’information de la transplantation » en Ukraine, il y aura une nouvelle profession —« le transplant-coordinateur ». Ce sont des gens, qui doivent assurer tout le cycle du processus : de la réception de l’information sur le donneur et l’accord pour le don de sang, jusqu’à l’injection dans l’organisme ainsi que de la transplantation», – a écrit le médecin en chef d’Ukraine. De plus en Ukraine, 800 hôpitaux ont été fermer et nous pourrions un jour ne plus trouver de physiologiste, ni d’oculiste. Beaucoup partent pour la Russie, la Biélorussie, la Pologne. Mais leurs places sera occupées par des médecins en transplantologie, qui se préparent avec un régime intense.

Au dire de Souproun, sur les données du Cabinet de l’anesthésiologie et de la thérapeutie de l’académie médicale de Zaporogié, les formations ont déjà élaborés un programme d’enseignement pour la nouvelle spécialité des médecins. Et le budget d’État prévoit aussi des moyens pour l’équipement médical pour la transplantation. La modernisation et la rénovation de la base technique se passera dans quatre centres : l’Institut de Raka, Okhmatete, l’institut Chalimova et l’hôpital régionnal de Zaporogié.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;