A Montreuil, le discours d’Edouard Philippe a été commenté. Pas convaincue, l’Assemblée générale du mouvement a voté la poursuite de la mobilisation.

Ils se réunissent dans un bar de la rue du Capitaine Dreyfus à Montreuil (Seine-Saint-Denis), à partir de 19h ce 4 décembre. Saïd, le tenancier, est chaleureusement remercié et applaudi pour son accueil. Mais ce seront les derniers applaudissements de la soirée. «On ne s’applaudit pas», donne comme consigne José, qui anime la soirée et, avec Olga, distribue la parole. Devant les 80 personnes réunies pour cette assemblée générale (AG) des Gilets jaunes du «93», José fait l’état des lieux de la lutte. «Ça prend de l’ampleur», dit-il ; «Ça devient énorme», renchérit un autre participant. Les lycéens, les étudiants, les ambulanciers et les agriculteurs semblent en effet converger avec les Gilets jaunes.

Etiquette: ; ;