À sa déjà vieille chanson qui affirme que la Russie est à l’origine de tous les maux de l’Ukraine, Kiev vient d’ajouter un couplet qui fait de Moscou le responsable de tout ce qui se passe dans le monde, telle est la réponse ironique qu’a faite le sénateur russe Alexeï Pouchkov à une déclaration du SBU.

Le membre du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Alexeï Pouchkov a commenté la déclaration du Service de sécurité d’Ukraine (SBU) affirmant que les services spéciaux russes pourraient être liés à l’organisation des protestations des Gilets jaunes en France. 

En cela, estime le parlementaire russe, l’Ukraine ne cesse de «repousse[r] les limites de l’absurde» en accusant Moscou des événements qui se déroule dans le monde.

«On sait que quoi qu’il se passe en Ukraine, on y en accuse la Russie. Mais depuis peu Kiev interprète une nouvelle chansonnette: quoi qu’il se passe où que ce soit dans le monde – les protestations en France ou le Brexit en [Grande-] Bretagne –, c’est aussi la Russie qui en est responsable. Infatigable, Kiev repousse les limites de l’absurde», a écrit le sénateur sur son comte Twitter. 

​Et d’ajouter que celui qui se mettrait en tête d’aller sur les Champs-Elysées expliquer aux Gilets jaunes ou à leurs partisans que derrière eux se trouvent les services spéciaux russes recevrait dans le meilleur des cas un coup au visage.

Plus tôt, le SBU avait accusé Moscou d’avoir orchestré la mobilisation des Gilets jaunes en France. Selon ses assertions, ils agissent «sous la tutelle» des employés du Service fédéral de sécurité (FSB) et de la direction générale des renseignements de l’État-Major des Forces armées de Russie. Près de 136.000 personnes ont participé samedi 8 décembre à l’acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes en France, soit un nombre pratiquement équivalent à celui du 1er décembre. Au total, 2 000 personnes ont été interpellées, selon la place Beauvau.

Etiquette: ; ; ; ; ;