«Je n’osais pas regarder par le hublot». La panique a longtemps régné à bord d’un Airbus EasyJet reliant Marrakech à Nice qui a raté dimanche son atterrissage en raison de vents violents, rapporte la presse. L’avion a été dérouté sur Turin, ce qui n’a pourtant pas mis fin au calvaire des passagers terrifiés.

Les passagers de l’Airbus d’EasyJet reliant dimanche Marrakech à Nice n’oublieront certainement pas leur voyage qui a failli tourner au drame. Les vents puissants soufflant sur la Côte d’Azur toute la journée ont commencé à secouer l’appareil, semant la panique à son bord. Pleurs, cris, vomissements, c’est ainsi que les témoins cités par Nice-Matin décrivent la situation.

«Vers Antibes l’avion a commencé à tanguer. Plus il descendait, plus il bougeait. Je n’osais pas regarder par le hublot. À un moment, l’avion a penché sur le côté, piqué du nez avant quel le pilote ne remette les gaz», raconte la passagère Anne-Claire cité par le quotidien.

Une nouvelle manœuvre d’approche a également tourné à l’échec. C’est alors que le commandant du bord a prévenu que l’atterrissage étant «trop dangereux» et que l’appareil mettait le cap sur Turin, en Italie.

L’atterrissage tant espéré a été accueilli par un tonnerre d’applaudissements. Toutefois, ce n’était point la fin de calvaire, informe le média.

«Le pilote nous a dit qu’il cherchait une solution. Les gens étaient encore en panique. Finalement, au bout d’une heure, on quitte l’avion. Tous. Là, le personnel navigant nous laisse le choix: rentrer sur Nice à bord du même vol ou différemment, mais par nos propres moyens. Personne n’avait envie de revivre cette aventure épouvantable», se souvient la témoin.

Mais là encore une mauvaise surprise les attendait. Initialement, le vol devait arriver à Nice à 13h45. À Turin, ils ont été informés que des bus devraient les prendre en charge à 17h00, mais à l’heure annoncée aucun moyen de transport n’a été mis à leur disposition.Ce n’est qu’après près de «5 heures après l’atterrissage mouvementé», que trois cars avec les passagers naufragés à bord, «adultes et des enfants épuisés, défaits, dépités» se sont mis en route, toujours d’après Nice-Matin.

Commentaire d’EasyJet à ce sujet:

« Comme d’autres compagnies aériennes, EasyJet a connu des perturbations dans son programme de vols à Nice le dimanche 9 décembre dans l’après-midi, en raison de vents violents dans la région de Nice. En conséquence, le vol EZY1690 Marrakech — Nice du 9 décembre a été dérouté vers Turin.

Ayant reçu l’autorisation du contrôle aérien et l’aéroport étant ouvert, le commandant de bord a décidé de faire demi-tour pour se diriger vers Turin.

Les pilotes d’EasyJet sont hautement qualifiés pour pouvoir effectuer des demi-tours par précaution et conformément à nos procédures. La sécurité des passagers à bord n’a à aucun moment été compromise. Une fois à Turin, les passagers ont reçu des informations, un bon de rafraîchissement puis ont été conduits à Nice. La sécurité et le bien-être de ses passagers et de son équipage, sont la priorité numéro 1 d’EasyJet».

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ;