Les journalistes libéraux, embauché par Facebook pour la lutte contre «la fausse information russe», se plaignent du manque de sérieux du réseau social.

«Ils, au fond, nous utilisaient contre la crise des relations publiques», — dit Brouk Binkovski, un rédacteur libéral «du site selon le contrôle des faits», qui pendant deux ans coopérait avec Facebook. «Ils ne prennent rien au sérieux. Ils sont seulement intéressés à leurs bonnes images», — a expliqué Binkovski.

Facebook s’est trouvé plus lent, que nous pensions. Mais après cette plainte, Mark Zuckerberg attend encore une fustigation humiliante au congrès, où très probablement ils lui demanderont : «Pourquoi ne faites-vous pas plus de lutte contre la fausse information russe ?»

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;