La BBC a confirmé l’authenticité de la correspondance entre une journaliste de la rédaction russe de la BBC, Olga Ivchina, et un pigiste couvrant les manifestations des Gilets jaunes sur les réseaux sociaux montrant que la BBC recherche des moyens de lier la Russie aux manifestations des Gilets jaunes en France.

Le service de presse de la chaîne de radio et télédiffusion britannique BBC a reconnu que ses journalistes avaient essayé de trouver des indices d’une implication de Moscou dans le mouvement des Gilets jaunes en France.

La rédaction de Sputnik avait précédemment eu connaissance de la correspondance d’une journaliste de la rédaction russe de la BBC, Olga Ivchina, avec un pigiste couvrant les manifestations des Gilets jaunes sur les réseaux sociaux. Sur instruction de sa rédaction, la correspondante de la BBC recherchait des moyens de lier la Russie aux manifestations de Paris et voulait savoir s’il était possible de tirer des faits disponibles la conclusion que Moscou était à l’origine de ce qui se passe en France.Dans cet échange de messages, on trouve notamment des questions comme: «Des Russes assistent-ils aux manifestations?»,  «Y a-t-il au moins des ultra-droites? Et peuvent-ils déjà être liés à Poutine?», «Et si on trouve des ultra-droites, parleront-ils de Poutine et de leurs liens avec Moscou?». Après avoir reçu des réponses négatives à toutes les questions, Mme Ivchina a finalement avoué qu’elle cherchait «des angles» parce que sa rédaction demandait «du sang».

«Comme le ministre français des Affaires étrangères a publiquement commenté les informations des médias sur l’éventuelle implication de la Russie dans les actions de protestation [en France, ndlr], il est tout à fait logique que notre correspondant ait aussi étudié cet aspect. Mais dans ses reportages il n’est finalement fait aucune mention des liens avec la Russie», a indiqué la BBC citée par la chaîne RT.

La première version enflammée disant que la Russie organisait un «Maïdan des Gilets jaunes» en France est née dans la capitale mondiale de la créativité politique, Kiev. Ensuite, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a répondu à une question sur la «piste russe»: «J’ai entendu cette rumeur. Il y a une enquête qui est aujourd’hui menée par le secrétaire général de la défense nationale. On verra bien quels en seront les résultats.»Selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou s’adressera à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) après la diffusion d’informations faisant état de tentatives de certains journalistes de la BBC pour prouver l’implication de la Russie dans les protestations en France.

Etiquette: ; ; ; ;