Washington a de nouveau mis en garde l’Iran contre les tirs de missiles, soulignant qu’il ne resterait pas inactif pendant que Téhéran ferait « courir des risques à la stabilité et la sécurité internationales». Comme l’avait pourtant rappelé Moscou, la résolution 2231 n’interdit pas les tests de missiles par la République islamique.

L’Iran ferait mieux de renoncer à ses tirs de missiles pour éviter de provoquer le renforcement de son isolement diplomatique et économique, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. 

«Le ministre de la Défense du régime iranien a publiquement dévoilé ses projets de tir de trois lanceurs spatiaux au cours des mois à venir. Ces actions illustreront à nouveau tout le mépris de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’Onu», a-t-il déclaré. 

«Les États-Unis ne resteront pas les bras croisés alors que la politique destructrice du régime iranien fera courir des risques à la stabilité et la sécurité internationales. Nous conseillons au régime de réviser ces tirs provocateurs et de renoncer à toute action liée aux missiles balistiques pour éviter un isolement diplomatique  et économique plus grand encore», a ajouté le secrétaire d’État. 

Alors que Washington insiste sur le fait que la résolution 2231 interdit à l’Iran tout test de missiles, Moscou rappelle que ce document ne contient pas une interdiction, mais un appel. Le représentant permanent de la Russie auprès de l’Onu, Vassili Nebenzia, avait souligné qu’aucune preuve de composante nucléaire de ces tirs n’était fournie. 

Etiquette: ; ; ; ;