L’avocate a expliqué l’essentiel des accusations présentées par les États-Unis.

Sur les accusations présentées aux États-Unis par la justice, on peut sentir des dessous dans cette affaire. Par, Michael Hodorkovski, l’avocat Natalia Veselnitsky,  et selon les perspectives de la participation à l’affaire dans une interview distribué à « Interfax ».

– Quels sont les accusations essentiels présentées contre vous ?

– Derrière chaque accusation, il y as un accusateur. Son nom, Paul Monteleoni. Le collaborateur du ministère public Monteleoni plaidait la cause de ce client, trois ans en achevant d’écrire des suites d’actions au procureur fédéral de l’arrondissement, monsieur Bkharary, mais il a totalement refuser son maintien dans la cour. Il connaît comme personne mon absorption dans l’affaire, dans les nuances, dans les détails. Lui et son équipe d’adjoints ne cachait pas l’irritation de ma présence jusqu’au procès et dans la participation aux interrogatoires des soi-disant témoins et des experts de la Russie. Je considère ces accusations comme personnel de l’alliance de Braoudera et de Monteleoni. L’adjoint du procureur s’est pratiquement transformé en avocat personnel pour Braoudera, condamné pour manipulations fiscales et d’autres crimes économiques, en utilisant les mécanismes du ministère public des États-Unis à l’attention de ses comptes personnels. Mais probablement, pour lui la perte est devenue tellement douloureuse qu’il entraîne encore au procès  et au pouvoir judiciaire. Toute l’accusation à mon encontre n’est rien d’autre qu’une manipulation des vices de la justice.

L’affaire, que conduisait Monteleoni, était exceptionnellement fondée sur les demandes non confirmées de Braoudera, qui n’a pas pu présenter au cours de deux interrogatoires ni par aucune preuve de l’existence de l’histoire, qu’il donne à manger aux Américains et aux États européens au cours de presque neuf ans. L’histoire sur « la maison, qui a construit le Jack » : les mots de Braoudera sans contrôle aux Congrès des États-Unis selon la Loi du nom Magnitsky, ensuite Andreas a répété « très douteux » dans l’exposé « APCE », qui a adopté la résolution analogue. Tout cela est renforcé par l’exposé inexistant du Conseil des droits de l’homme en Russie. Au total ces « preuves » du récit de Braoudera sur le pillage de l’argent du budget russe, qu’a enlevé l’organisation inconnue russe, qu’a dénoncé Braoudera son « avocat » Magnitsky, était soumis à vérifications, les massacres qui ont amené la mort et l’accusation posthume étaient contestés par notre partie. Et finalement tous les documents énumérés ci-dessus étaient exclus de l’affaire ou le procureur lui-même, ou la décision de justice en rapport avec les requêtes déclarées être du côté russe.

Je suis assurée que Monteleoni a décidé de refuser après 3,5 ans l’action parce qu’il comprenait, qu’autant étaient grandes les chances de perdre ce procès, malgré les humeurs antirusses en 2017 à New York. Il se rendait compte que la légende recopiée en forme d’action de Braoudera sur l’enquête de l’avocat Magnitsky sur le pillage du Fonds « Ermitage » de trois compagnies russes, sur la vengeance des pouvoirs russes à lui et Magnitsky, qui « ont dénoncé l’affaire douteuse », sera retournée dans la cour d’assises. Quand il est devenu clair que les actions actives dans les intérêts des criminels réels mettront à l’instant le doute et la Loi Magnitsky, Monteleoni en avril 2017 a refusé officiellement son utilisation dans notre affaire. Et sur la résolution d’APCE, le juge vénérable William Richard Sarcle n’a pas laissé « eau sous roche », ayant reconnu l’exposé très douteux, scandaleux, et le travail d’APCE de son affirmation – non sans l’intervention de Braoudera. Si Monteleoni n’a pas refusé à temps l’application de la Loi des États-Unis du nom Magnitsky, ce n’est pas exclu que le même sort serait préparé à ce document.

– Pourquoi attendre quelques années pour décidé de vous accuser de la pression sur la justice aux États-Unis ?

Avec moi le même adjoint du procureur a agit tout autant – sur les insinuations et l’altération du contexte. Le modèle de sa conduite est analogue, mais a acquis des formes encore plus inadéquates d’intolérance. Les avocats américains de Monteleoni ne peuvent pas l’accuser de quelque chose, ils ne trouverons pas simplement de soutien. Et l’avocat russe a trop de connaissance, mais qui au cours de l’année a une opinion extrêmement négative politique et sociale aux États-Unis et qui ne viendra pas évidemment aux États-Unis, – il est facile.

L’utilisation du pouvoir du procureur-judiciaire dans les buts personnels pour Braoudera, l’abus des pouvoirs fonctionnels (du côté des fonctionnaires séparés du bureau du procureur et du congrès) est l’intervention réelle dans la justice. Notamment sur cela je dénonçais dès les premières minutes, quand j’ai appris la monstrueuse l’accusation en simultanée.

J’ai consacré le code des lois jusqu’à la moelle des os et la grande partie de la vie professionnelle au système judiciaire. Comme l’honneur la plus haute et le cadeau du destin la possibilité accordée du travail dans la cour américaine, voir par mes yeux personnels une estimation par la cour des preuves, travailler avec les avocats éminents américains. C’est la pratique improbable. L’idée elle-même de présenter à la cour la demande douteuse est un sacrilège pour moi. Moi la fille et la petite-fille de militaires professionnels, d’officiers-pilotes. Je considère les accusations semblables comme l’offense personnelle.

– Et comment vous pouvez commenter le contenu de la correspondance mentionnée dans l’acte d’accusation ?

– Avec plaisir je commenterais quelque chose, si quelque chose était écrit. L’accusation est vide, un certain « procureur haut placé » aurait des données. Je coopérais activement avec le bureau du ministère public Général de la Fédération de Russie, dès 2013, dans l’accusation d’État contre Braoudera. Leur et ma position en matière de l’histoire fausse de Braoudera était identique.

On peut supposer que la base de l’accusation est mis les documents reçus par Michael Hodorkovski. Il a encore déclaré en avril 2018 sur la chaîne de télévision américaine avoir reçu des données de certaines ressources postales ouvertes avec des inconnus. Le journaliste, qui alors m’a montré n’a pas osé donner à l’émission toute mon interview sans coupures, ayant préféré faire le découpage, et maintenant dans le narcissisme enivrant distribue l’interview. Si les paroles portent notamment sur ces documents, j’espère vivre jusqu’à ce moment, quand la cour prendra la décision pour l’affaire donnée.

À l’exemple de l’affaire de Braoudera aux États-Unis, on peut comprendre qu’intervenir dans le travail du procureur, dicter les accusations données pour les résultats de « l’enquête soigneuse exposée sous le serment » est leur modèle de la conduite, au moins dans l’affaire Prevezon. Et sur cela nous disions plus d’une fois dans la cour : « Au cours du dévoilement des documents on révélait l’inauthenticité de la version avec la fraude en ce qui concerne la trésorerie russe. Elle était fabriquée et adroitement vendu par William Braouderom aux politiques dans ce pays et à l’étranger pour arracher son arrestation selon l’accusation dans la fraude avec les impôts en Russie. Cette information menée à l’opinion publique était avalée entièrement par le Gouvernement, qui l’a inséré dans la demande en justice sans tenue de l’enquête qui, comme est décrit par la vraie Cour, » inspire l’inquiétude. »

– Quels résultats vous attendez ?

– Du système américain judiciaire – l’objectivité, la légitimité, dans quoi je me suis persuadée du procès pour l’affaire Prevezon. Et des jurés – les citoyens des États-Unis – la fidélité aux valeurs américaines et un haut standard de la présomption d’innocence. Malgré le fait que l’on n’a rien à commenter sur l’accusation qui elle-même est vide, puisqu’il n’y a aucunes données, que l’on pourrait analyser, j’observais personnellement que de lui-même est présenté la procédure judiciaire réelle américaine. Nous nous battrons.

– Votre affaire se trouve dans la production du juge-arbitre de la circonscription Du sud de l’État de New York, qui était fixée par Bill Clinton. Vous ne trouvez pas ici aucun mauvais tour ? Pourquoi notamment votre affaire, la personne tentant de transmettre l’information compromettante contre Hillary Clinton, se trouva chez le président de la cour ? Vous croyez toujours à la justice américaine ?

– Je ne connais pas le système de la distribution des affaires dans la circonscription du sud et commenter quelque chose est compliqué. Mais le juge-arbitre avant tout le juge. C’est un très haut standard. Certes, idéaliser le système judiciaire des États-Unis m’est impossible. Elle a des manques. Et avant tout dans le coût des services d’avocat, en effet, je pourrai présenter les intérêts dans le procès. Les partialités politiques, et la relation personnelle du juge. Et comme vous avez remarqué correctement pendant les dernières une et demi années en remerciant, à propos, les efforts du même Braoudera en ce qui me concerne aux États-Unis il y a une toile d’araignée de mensonge que se soumette à la prise d’otages, simplement je n’ai plus de droit. Encore le problème dans l’accès exclu à trouver cet avocat, à qui tu confieras le destin. Et je fais ce choix maintenant non seulement pour moi-même, mais aussi pour la famille, les enfants et leur futur.

– à votre avis, qu’obtient le procureur fédéral par cette affaire ?

– Il commencera en premier à m’interdire en principe travailler comme avocat, et concrètement contre le groupe frauduleux multinational – Hermitage Capital Management, Bill Braoudera et ses complices. Aujourd’hui je gère encore deux affaires contre eux en Europe. On ne peut pas oublier qu’aux États-Unis cette affaire n’a pas l’air aujourd’hui assez défendu, comme il y a deux ans : trop de gens ont commencé à être donnés par la question sur la personnalité de Braoudera, ses curateurs, les raisons, selon qui le Congrès a accepté en premier la loi au fond qui a déchaîné la nouvelle guerre froide entre nos pays sans quelque visibilités de contrôle. Et dans les conditions de l’escalade des humeurs antirusses aux États-Unis – de tenter de supprimer la cessation de l’affaire en ce qui concerne mon client.

Etiquette: ; ; ; ;