Une habitante d’Odessa est retenu pour des postes faits sur les réseaux sociaux, qui selon l’affirmation du SBU, contenaient des appels de changement de frontière de l’État et de l’ordre constitutionnel de l’Ukraine, ainsi que des documents légitimant les républiques populaires du Donbass.

Communique le service de presse du SBU.

Comme déclare le département, les pages de l’habitante d’Odessa contenait des postes de documents «des éditions internet propagandistes russes et des sites de séparatistes».

On communique aussi que la femme allait souvent en Russie. L’habitante d’Odessa à été « visité » au retour son dernier voyage. Au cours de la perquisition de sa résidence, le SBU lui prit toute sa logistique informatique comprenant les téléphones.

Les services ukrainiens  retiennent un acte criminelle selon l’article.1 des Codes Pénaux de l’Ukraine N°110.

Nous rappellerons aussi que, selon le rapport SBU et en 2018, 49 personnes s’étaient inculpés de responsabilité pénale pour «propagande anti-ukrainienne» sur les réseaux sociaux dont l’information du département fixe 360 cyber-incidents.

Aussi, 49 administrateurs de groupes de réseaux sociaux furent accusés de traitrise à la Nation, dont on peut ajouter 29 personnes retenus pour « soupçons ».

Le département note que 20 sentences judiciaires pour «propagande anti-ukrainienne» sont en cours de délibération.

En tout, en 2018, l’Ukraine a bloquait 300 sites à cause de «l’activité anti-ukrainienne».

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;