L’enquête lancée par Libération sur l’homme d’affaires syrien Mohamad Izzat Khatab qu’aurait fréquenté Alexandre Benalla est reprise par Marianne. Le magazine affirme que Benalla aurait mis M.Izzat Khatab en contact avec le milliardaire Vincent Miclet qui aurait «perdu» par la suite 800.000 euros.

Comme l’a annoncé dans sa publication du début janvier Libération, l’homme d’affaires syrien Mohamad Izzat Khatab, que ce média considère proche de la famille el-Assad et qui serait venu en aide à l’ex-conseiller de la présidence Alexandre Benalla après la publication de la vidéo sur des incidents du 1er mai 2018, ferait l’objet d’une enquête de Tracfin, l’organisme de Bercy chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.  

​D’après le quotidien, cette nouvelle enquête lancée en 2018 porterait sur certains mouvements bancaires suspects apparus sur les comptes d’Izzat Khatab, installé à Paris depuis 2002. M.Khatab serait déjà dans le viseur du Service central du renseignement territorial (SCRT) depuis l’été 2016 après le versement d’un don de 7.000 euros en chèque au Conseil français du culte musulman (CFCM). 

La rédaction de Libération note que l’homme d’affaires serait impliqué dans plusieurs escroqueries financières qui viseraient à blanchir de l’argent à un taux attractif. Des dizaines de milliers d’euros se seraient évaporés. Ce qui confirme le magazine Marianne qui s’est récemment joint à l’enquête. Selon Marianne, M.Izzat Khatab serait une sorte de «mini-Madoff» surfant sur la crédulité de ses cibles. Marianne affirme en outre qu’Alexandre Benalla aurait mis M.Izzat Khatab en contact avec le milliardaire Vincent Miclet qui aurait «perdu» 800.000 euros. Un des proches de M.Miclet, Marc Francelet, l’aurait confirmé à Marianne, tandis que M.Miclet lui-même le «dément».

La note de renseignement qui, d’après Marianne, aurait été confiée à M.Benalla dès le début du quinquennat Macron, mentionnerait plusieurs poursuites judiciaires contre Mohamad Izzat Khatab en Suisse pour des soupçons concernant cinq escroqueries, deux abus de confiance et des «lésions corporelles».

Le 6 janvier, Libération a annoncé que Mohamad Izzat Khatab aurait des liens avec des personnes du premier rang dont Emmanuel Macron, François Hollande, le roi Mohammed VI du Maroc, le Premier ministre Edouard Philippe, les ministres Jean-Michel Blanquer et Muriel Pénicaud. Le journal se réfère au compte Instagram de M.Izzat Khatab qui contiendrait des selfies de l’homme d’affaires avec de nombreuses personnalités. Ce compte n’est accessible qu’aux abonnés qui sont au nombre de 44.000 environ. D’après Libération, Alexandre Benalla aurait séjourné entre septembre et octobre 2018 dans l’un des appartements parisiens de Mohamad Izzat Khatab situé avenue Montaigne, dans le VIIIe arrondissement. Cette information aurait plus tard été démentie par l’entourage d’Alexandre Benalla qui avance que l’ex-conseiller de M.Macron y aurait passé une seule nuit, en compagnie de sa femme et de son fils.

Dans son enquête Libération évoque en outre des liens que M.Izzat Khatab aurait avec un frère d’el-Assad. Il gèrerait en sous-main un magot caché de Bassel el-Assad, mort au volant de sa voiture près de Damas en 1994, ce qui a plus tard porté au pouvoir son cadet, Bachar el-Assad.

Etiquette: ; ; ; ; ;