Les systèmes de missile américain et russe, Patriot et S-400, pourraient bien être mis en service par l’armée turque parallèlement, selon Ankara.

 

La Turquie souhaiterait acheter et mettre en service le système de missile américain Patriot et le système russe de défense antiaérienne S-400 en même temps, a déclaré le porte-parole du Président turc Ibrahim Kalin, cité par l’agence de presse Anadolu.

L’achat par Ankara de Patriot n’influera pas sur les projets d’acheter les systèmes antimissiles russes. «À notre avis, il n’y a pas de lien ou de corrélation entre l’achat de systèmes S-400 et Patriot», a indiqué M.Kalin.La Turquie, selon lui, achètera toutes les armes et technologies qui seront nécessaires pour assurer la sécurité nationale. Les conditions de la Russie ont satisfait Ankara, il reste à achever les négociations analogues avec les États-Unis.

La Turquie avait précédemment rejeté une nouvelle proposition de Washington de renoncer à l’achat de S-400 en échange de systèmes Patriot pour un montant de 3,5 milliards de dollars (environ 3,07 milliards d’euros). «Il ne s’agit pas d’une alternative mais de deux processus parallèles», a plus d’une fois souligné M.Kalin.

En septembre 2017, la Russie avait annoncé avoir signé un contrat prévoyant la livraison de systèmes de missiles S-400 à la Turquie. Puis, fin octobre, le ministre turc de la Défense nationale avait déclaré que le déploiement de systèmes russes en Turquie devrait débuter en octobre 2019.Pour leur part, les États-Unis exercent des pressions sur la Turquie, leur alliée au sein de l’Otan, pour qu’elle renonce à l’acquisition de ces systèmes de défense antiaérienne, menaçant de refuser de lui livrer des chasseurs F-35.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;