Malgré les récentes menaces de Jean-Yves Le Drian envers l’Iran sur son programme balistique, Bruno Le Maire a confirmé l’intention de l’UE de contourner les sanctions américaines qui empêchent de commercer avec Téhéran. Le dispositif devrait être signé «dans les prochains jours», a-t-il indiqué.

Le dispositif spécial permettant aux pays européens de continuer à commercer avec l’Iran malgré le rétablissement des sanctions américaines devrait être lancé dans les prochains jours, a confirmé dimanche Bruno Le Maire, le ministre français de l’Économie et des Finances.

«Nous allons créer, dans les prochains jours, une institution financière européenne indépendante avec la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France», a-t-il déclaré sur France Inter.

«L’accord sera signé dans les prochains jours pour que nous puissions continuer, grâce à cette institution financière indépendante, à faire du commerce avec l’Iran, même si les États-Unis ne le veulent pas», a ajouté le ministre.Cette déclaration intervient deux jours après les propos tenus par Jean-Yves Le Drian, qui s’est dit prêt à introduire des sanctions contre Téhéran si aucun progrès n’était enregistré dans les discussions sur son programme balistique.

Le 23 janvier, le chef de la diplomatie française avait pourtant déclaré lui-aussi que le Fonds commun de créances (special purpose vehicle, SPV) «devrait être mis en œuvre dans les jours qui viennent».La création du SVP pour contourner ces sanctions a tardé. La porte-parole de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avait estimé début décembre que le SPV pourrait être mis en place fin 2018.

Après avoir dénoncé l’accord de Vienne de juillet 2015 sur l’encadrement du nucléaire iranien, les États-Unis ont imposé des sanctions à l’Iran, qui, en raison de leur caractère d’extraterritorialité, empêchent les entreprises européennes de faire du commerce avec l’Iran.

Etiquette: ; ; ; ; ;