Estimant sans «aucun intérêt» les propos tenus par les deux vice-présidents du Conseil italien, Emmanuel Macron a dit qu’ils ne voulaient provoquer qu’une réaction de sa part et a ajouté qu’il parlait au chef du gouvernement de ce pays, Giuseppe Conte.

En déplacement au Caire, le Président de la République a déclaré aux journalistes qu’il n’allait pas répondre aux vice-présidents du Conseil italien, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, qui ont récemment émis des critiques à l’encontre de son pays et de sa personne.

«Je ne vais pas répondre. La seule chose qu’ils attendent, c’est ça. Donc, bon courage et bonne agitation, bonne route. Moi, je parle au président [du Conseil Giuseppe] Conte», a-t-il déclaré, cité par l’AFP.

Et de souligner que tout cela «n’a sincèrement aucun intérêt».

Pour rappel, le vice-président du Conseil des ministres italien et dirigeant du Mouvement cinq étoiles (M5S), Luigi Di Maio, avait récemment déclaré que l’UE devrait sanctionner «la France et tous les pays qui comme la France appauvrissent l’Afrique et font partir ces personnes», ajoutant que «certains pays européens, la France en tête, n’ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains».

Après ces virulentes critiques qui ont été suivies par la convocation de l’ambassadrice d’Italie en France au Quai d’Orsay, Giuseppe Conte, Premier ministre italien, a affirmé que la relation entre Rome et Paris restait «forte et solide malgré les discussions politiques», tentant ainsi d’apaiser les tensions.Par la suite, c’est l’autre vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini qui a taclé le Président français. Dans une récente interview, il a exprimé l’espoir que les Français voteraient contre le parti du Président Macron aux européennes parce qu’ainsi «ils pourront changer tant d’équilibres en Europe».

Etiquette: ; ; ; ; ;