En 2018, le Maroc et la Tunisie ont été classés à la 73e place mondiale par l’ONG Transparency International en matière de perception de la corruption. Ces deux pays devancent l’Algérie classée à la 105e position.

Dans son rapport publié le 29 janvier sur la perception de la corruption dans le monde, l’ONG Transparency International a révélé le classement des trois pays maghrébins: l’Algérie, le Maroc et la Tunisie pour l’année 2018. Selon cette ONG, le Maroc et la Tunisie sont les pays du Maghreb les moins touchés par ce fléau.

L’enquête de Transparency International classe 180 pays du monde sur une échelle de 0 à 100. Dans cette échelle, 0 correspond à un pays extrêmement corrompu, tandis que 100 à un pays sans corruption.Ainsi, selon le rapport de cette ONG, le Maroc et la Tunisie sont tous les deux classés à la 73e place à l’échelle mondiale. Alors que l’Algérie arrive à la 105e place.

Malgré son classement en 2018, l’Algérie a néanmoins progressé par rapport à l’année 2017. En effet, le pays était classé 112e à l’échelle mondiale en 2017.

Le 21 janvier 2019, à l’initiative du Président Abdelaziz Bouteflika, le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh, a annoncé la création d’un pôle pénal financier en charge de la lutte contre la corruption. Ce pôle sera placé sous l’autorité judiciaire, a-t-il précisé. Cette structure sera composée d’un procureur de la République, de ses adjoints et de juges d’instruction. En cas de nécessité, ce pôle pourrait également solliciter les services d’experts financiers.La mission principale de ce pôle pénal financier sera la recherche, l’investigation, la poursuite et l’instruction des infractions financières de grande complexité et les infractions qui leur sont connexes. Les secteurs d’investigation seront la corruption, la fraude et l’évasion fiscales, le financement illégal des associations ainsi que les infractions de change et celles relatives aux institutions financières et bancaires.

Etiquette: ; ;