Des membres de plusieurs groupes terroristes préparent une opération militaire d’envergure et ont envoyé des récipients avec des agents toxiques dans le sud du gouvernorat d’Idlib, a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Les terroristes du Front al-Nosra* ont appelé fin janvier leurs «alliés» opérant dans le gouvernorat d’Idlib, le groupe Tanzim Hurras ad-Din (ayant prêté allégeance à Al-Qaïda*) et le Parti islamique du Turkestan (PIT)*, à commencer à préparer une grande opération militaire conjointe, a déclaré jeudi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

«Les djihadistes continuent d’accumuler leurs réserves d’armes chimiques le long de la ligne de contact avec les forces armées syriennes et ce, avec le concours des Casques blancs […]. Il est clair que les terroristes ont pour objectif d’établir leur contrôle sur l’ensemble de la zone de désescalade d’Idlib. Selon nos données, ils envisagent de créer un centre de commandement unique», a indiqué Mme Zakharova.

Selon elle, cet état-major terroriste réunirait les chefs de tous les groupes armés illégaux opérant dans la zone de désescalade.Les radicaux n’arrêtent pas leurs sorties dans le gouvernorat d’Idlib. Ils ont notamment mené une série d’attaques contre les positions des troupes gouvernementales dans la nuit du 4 au 5 février près d’Alep. «Rien que la semaine dernière, la Russie a enregistré 35 attaques de radicaux», selon Mme Zakharova.

«Nous soulignons le caractère inadmissible des provocations aux armes chimiques qui sont en train d’être préparées et qui sont destinées à donner le feu vert aux pays occidentaux adversaires de Damas qui entendent lancer une nouvelle agression contre les autorités légitimes syriennes. Nous appelons les patrons et sponsors des Casques blancs à renoncer à leurs projets dangereux et destructeurs», a conclu la porte-parole.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;