En Italie, plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendus dans la rue à l’appel des principaux syndicats italiens pour réclamer une politique de croissance économique. La manifestation a empêché la tenue d’une mobilisation planifiée par les Gilets jaunes italiens.

Des centaines de milliers d’Italiens ont manifesté samedi contre la politique du gouvernement à l’appel des principaux syndicats, annoncent des médias italiens.

Les gens sont descendus dans la rue pour réclamer des réformes devant permettre une croissance économique. Ils ont protesté contre la réforme des retraites considérée comme trop limitée et le «revenu de citoyenneté» qui est une mesure hybride qui risquerait de nuire tant à la lutte contre la pauvreté qu’à celle pour l’emploi.

Maurizio Landini, secrétaire général de la Confédération générale italienne du travail (CGIL) a appelé le gouvernement à augmenter les dépenses publiques pour l’emploi rappelant qu’elles avaient baissé de 30% en 10 ans, pour un total de 100 milliards d’euros.

«S’ils [le gouvernement ] ont un brin de raison, ils doivent entendre cette place. Notre objectif est de réunir les syndicats en Europe au nom d’une société basée sur l’humain et le travail», a déclaré le chef de ce syndicat qui compte cinq millions d’adhérents.

Cette mobilisation syndicale est la plus forte enregistrée depuis les manifestations de fin 2014-début 2015 contre la réforme du travail du gouvernement de Matteo Renzi.

Douze trains spéciaux, 1.300 bus, des ferries et des vols low-cost ont permis aux manifestants de converger vers la capitale.

Cette manifestation syndicale a déjoué les plans des Gilets jaunes italiens visant à tenir à Rome leur propre manifestation, place de la République, sous le slogan «la révolte des peuples contre le mondialisme», selon la presse italienne. Ce devait être leur première manifestation officielle, tandis qu’une action des Gilets oranges, représentés par des agriculteurs, s’est déjà déroulée dans les Pouilles en décembre.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;