Les Gilets jaunes manifestant samedi dans la ville belge de Mons ont pris pour cible le domicile du président du parti socialiste, Elio Di Rupo, en provoquant des dégâts mineurs. Toutes les personnes arrêtées dans la foulée ont été privées de liberté pendant quelques heures.

Les manifestations des Gilets jaunes ont dégénéré ce samedi dans la ville belge de Mons, où la police a dû procéder à au moins 38 arrestations administratives, relate Le Soir.

D’après les policiers, les protestataires en gilets jaunes ont visé en premier lieu le domicile du président du parti socialiste (PS), Elio Di Rupo.«La manifestation a eu lieu sans autorisation et les manifestants ont occupé la voie publique sans autorisation», indique Marc Garin, chef de corps de la police de Mons-Quévy. «Nous ne nous attendions pas, au départ, à des débordements mais nous avons remarqué que des manifestants cherchaient clairement la provocation.»

Selon la police, «les manifestants ont été confinés dans une rue et nos équipes ont procédé à 38 arrestations administratives à la suite de certains débordements, dont des jets de pétards dans la boîte aux lettres d’Elio Di Rupo qui ont provoqué des dégâts. Les personnes arrêtées ont été privées de liberté pendant quelques heures. Tout était rentré dans l’ordre samedi en fin de journée.»

Etiquette: ; ; ; ;