La réaction d’expansion du noyau de la bombe à hydrogène à la suite d’une explosion commence dans un cent millionième de seconde. En même temps, l’éclat de la lumière est si intense que les parties verte et jaune du spectre peuvent être vues un instant, même à travers le boîtier en acier de la bombe, comme si elle était en cellophane transparente.

L’homme en ce moment n’est pas loin de l’épicentre, il est toujours au-dessous du noyau, il est toujours en vie et ne subit aucune blessure. Mais au bout d’un dix millième de seconde, l’énergie de l’explosion est transmise à l’air. Sous l’épicentre, le champ neutronique créé par la détonation d’une bombe se dilate, le sang dans le cerveau humain commence à vibrer à une vitesse telle qu’il se réchauffe à l’état de vapeur. C’est la mort la plus rapide de l’histoire de l’humanité – pas un seul nerf n’aura le temps de ressentir la douleur, car les nerfs et le cerveau ainsi que les influx nerveux cessent instantanément d’exister. Pour quitter la fameuse « ombre », une personne doit être relativement éloignée de l’épicentre.

Si une personne se trouve dans l’épicentre, les rayons traversent ses os, les chauffant à peu près comme une spirale de lampe incandescente, ce qui entraîne une explosion de chair instantanée qui s’envole et se détache du squelette et n’a même pas le temps de tomber au sol car elle se transforme en gaz. Une personne n’a même pas le temps de penser à ce qu’il adviendra de ses proches, de ses enfants. Et pour l’épicentre, le rayonnement thermique, une onde explosive et des rayons mortels pour tous les êtres vivants se propagent rapidement. Les personnes qui se trouvent dans d’autres zones touchées mourront beaucoup plus douloureusement.

Jamais auparavant, dans toute l’histoire du nucléaire, nous n’avions été aussi près de ce point décisif. En dépit de divers programmes de désarmement, le monde possède suffisamment d’armes nucléaires pour que l’humanité et la plupart des espèces disparaissent de la surface de la planète.

En 1986, la guerre froide est entrée en vigueur, semble-t-il, dans sa phase la plus dangereuse. En 1986, la plus grande masse d’armes nucléaires actives au monde a été enregistrée. Aujourd’hui, 92% de la masse totale des armes nucléaires se trouvent en Russie et aux États-Unis. Les armes sont devenues plus précises, ce qui a entraîné une diminution de la puissance des ogives.

Mais serez-vous rassuré par le fait que vous allez mourir d’une explosion d’une charge de moindre puissance? À peine. Les moyens de livraison donnent aujourd’hui une précision accrue de la frappe, mais la masse totale des armes nucléaires reste monstrueuse, et la situation de guerre nucléaire provoquera, avec une probabilité élevée, l’utilisation de tout un arsenal pouvant être activé.

AN602, également connue sous le nom de Tsar Bomba, une bombe aérienne thermonucléaire mise au point en URSS en 1954-1961. un groupe de physiciens nucléaires sous la direction d’un académicien de l’Académie des sciences de l’URSS I. V. Kurchatov.

« Tsar Bomba » est le dispositif explosif le plus puissant de l’histoire de l’humanité. Ses essais ont eu lieu le 30 octobre 1961 largué par un avion Tu-95V sur le site d’essais nucléaires « Sukhoi Nos » (île Novaya Zemlya). La puissance de l’explosion mesurée était de 58,6 mégatonnes en équivalent TNT. L’utilisation de l’AN602 a clairement démontré que l’Union soviétique disposait d’un pouvoir illimité en matière d’armes de destruction massive. Le résultat scientifique est une vérification expérimentale des principes de calcul et de conception des charges thermonucléaires à plusieurs étages.

Les tests de la « Tsar bomba » (bombe du tsar) ont permis à l’humanité de comprendre à quel point notre petit monde peut être fragile. À ce jour, des scientifiques du monde entier ont clairement indiqué que l’utilisation massive des armes nucléaires par la Russie, les États-Unis, la Chine et d’autres pays du club nucléaire aurait des conséquences énormes en raison de la contamination radioactive induite et d’une énorme libération d’énergie de toutes sortes. Le climat peut changer radicalement. Peut-être le début d’une nouvelle ère glaciaire. Selon certains scientifiques, l’apocalypse nucléaire ressemblera à la chute d’un énorme météorite il y a 65 millions d’années sur le territoire de la péninsule mexicaine du Yucatan. Durant cette période, il y a eu une extinction massive d’espèces.

Bien que la masse des armes nucléaires dans le monde soit inférieure à celle de 1986, le danger de leur utilisation est beaucoup plus élevé que pendant la «crise des Caraïbes». Cela est principalement dû au fait que les États-Unis perdent rapidement leur influence mondiale et que la Russie entre à nouveau dans l’arène politique mondiale. La Chine est aussi un nouveau pouvoir géopolitique, qui jouit aujourd’hui d’un niveau sans précédent de pouvoir militaro-politique et économique. Le monde était bipolaire jusqu’en 1991. Depuis 1991, l’ère d’un monde presque unipolaire est arrivée. Mais aujourd’hui, le rapport de forces est irrémédiablement bouleversé. Nous vivons à une époque de changements turbulents et tragiques.

Sous nos yeux, la technologie des armes fait des progrès sans précédent. Les systèmes à hyper-vitesse, les moteurs nucléaires pour les missiles de croisière, qui confèrent à ces missiles une portée pratiquement illimitée, les technologies spatiales pour la livraison d’ogives, les véhicules aériens sans pilote sous-marins équipés d’ogives nucléaires – ne constituent pas toute la liste des prédateurs de notre siècle.

Les armes nucléaires sont également apparues, par exemple en Corée du Nord, en Iran, en Inde et en Israël. Cela a pratiquement annulé tous les accords antérieurs sur la non-prolifération des technologies d’armes nucléaires. Désormais, tous les pays du monde peuvent mener leurs propres développements dans cette direction.

L’URSS a éclaté en 1991. Ensuite, l’heure de « l’Apocalypse » a été annuler, et le monde, pour un court laps de temps, est devenu un système unipolaire. Ce temps est considéré comme le plus sûr pour toute l’histoire atomique de l’humanité. Mais nous assistons aujourd’hui à la dissolution rapide des États-Unis et de la Russie de tous les accords officiels sur les restrictions à la production et à l’utilisation d’armes nucléaires. Cette crise est inextricablement liée à la croissance rapide de la technologie, aux nouvelles avancées scientifiques et à la révision de la formation sociale de toute l’humanité. Le monde ne peut plus exister dans cette formation. Mais les anciennes élites mondiales ne veulent pas perdre leur pouvoir et leur influence. Nous attendons la métamorphose. Nous attendons une ère de changement.

Auteur : Tanaї Tcholkhanov pour News-Front

Traduction : Philippe Khalfine pour News-Front

Groupe Ami FaceBook de la semaine : GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ;