Évoquant dans un discours prononcé devant les chefs de conseils municipaux locaux la seconde partie de la commission constitutionnelle de l’opposition syrienne, Bachar el-Assad a constaté qu’elle ne représentait pas le peuple syrien mais le point de vue de la Turquie et a qualifié le Président turc de «serviteur mesquin des États-Unis».

Le Président syrien Bachar el-Assad a affirmé que la seconde partie de la commission constitutionnelle de l’opposition syrienne représentait le point de vue de la Turquie et pas celui du peuple syrien. Il a ajouté que Recep Tayyip Erdogan était le «serviteur mesquin des États-Unis».

«Il y a une autre partie qui, logiquement, doit représenter la seconde partie du peuple syrien dont les positions divergent de celles de l’Etat. Néanmoins, comme on le sait, cette partie est représentée par l’Etat turc. […] Une question se pose: quelle constitution sommes-nous en train de discuter, la constitution syrienne ou la turque?», a affirmé Bachar el-Assad intervenant devant les chefs de conseils municipaux locaux. Son intervention a été diffusée à la télévision syrienne.

Le Président syrien a également annoncé que le processus politique lancé en Genève en 2012 n’avait abouti à rien à cause de la politique hostile de certains pays à l’égard de la Syrie.«Des pays ennemis s’obstinent à empêcher tout processus [de règlement, ndlr], même si ce dernier peut être sérieux à l’instar de celui de Sotchi et d’Astana qui a été au moins positif et fructueux», a-t-il souligné.

La décision de créer une commission constitutionnelle syrienne a été prise au congrès du dialogue national syrien à Sotchi en janvier 2018. 

Etiquette: ; ; ; ; ;