Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah Khamenï, soulignant l’échec de la conférence de Varsovie, a déclaré que des hommes d’Etat américains avaient invité certains États alliés et des gouvernements faibles à participer à la réunion anti-iranienne qui n’a abouti à rien et tout cela est « un signe de la faiblesse ».

L’Ayatollah Khamenei a tenu ces propos à l’occasion d’une rencontre avec un groupe d’Azéris d’Iran reçus ce lundi 18 février à l’occasion du 40e anniversaire du soulèvement de la ville de Tabriz.

Le 18 février 1978, la population de Tabriz, chef-lieu de la province de l’Azerbaïdjan de l’Est, située dans le nord-est de l’Iran, s’est soulevée contre la dictature du Chah, et leur mouvement fut l’un des soulèvements les plus décisifs qui a abouti à la victoire, le 11 février 1979, de la Révolution islamique d’Iran.

L’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei a déclaré lundi que l’ennemi, qui se met en colère lorsqu’il se trouve en position de faiblesse ne sait que faire recours aux tapages médiatiques.

« Le jour où cette révolution n’était qu’un semis fragile, tous les ennemis se sont mobilisés pour l’arracher mais ils n’ont rien pu. Aujourd’hui, lorsque le semis de la Révolution est devenu un arbre puissant, ils ne peuvent plus rien faire.