Jusqu’à une époque avancée du XXe siècle, l’Équateur était un pays agraire et rural. Les paysans, les montubios et les Indiens prédominaient en tant que main-d’œuvre soumise à diverses formes de servitude. Ainsi, plusieurs décrets de Eloy Alfaro, chef de la Révolution Libérale (1895), ont tenté de convertir les Indiens, la classe la plus misérable, au moins en ouvriers salariés. Il n’a jamais réussi.

Au début du XXe siècle, au rythme de la lente naissance de certaines manufactures et industries, la classe ouvrière est apparue. Dans ses rangs sont aussi survenues des demandes sans précédent pour un pays « pré-capitaliste ». En 1916, la journée de travail de 8 heures a été décrétée, mais cela n’a pas été suffisant. La lutte pour son application, ainsi que pour d’autres améliorations ouvrières expliquent le massacre des travailleurs du 15 novembre 1922 à Guayaquil.

Avec la Révolution Julienne (1925-1931), le long processus visant à surmonter l’ancien régime oligarchique a commencé et, dans ces conditions, les premières lois du travail ont été dictées, consacrées par la Constitution de 1929, puis étendues par le Code du Travail publié en 1938. Parmi d’autres droits, en vertu du principe pro-ouvrier, les droits suivants ont été établis : salaire minimum, syndicalisation, contrat individuel, temps de travail journalier maximum et repos hebdomadaire, travail des femmes et mineurs, protection de la maternité, congés, prévention des accidents du travail et responsabilités en découlant, retraite, distribution des bénéfices, indemnisation pour licenciement.

massacre des travailleurs du 15 novembre 1922 à Guayaquil

massacre de Guayaquil, 15 novembre 1922

Mais, aussi bien dans les villes que dans les campagnes, tous les travailleurs ont continué à vivre dans des situations précaires et pauvres (les indigènes dans des conditions misérables), sous le contrôle de la bourgeoisie nationale naissante, des marchands, banquiers et, surtout, des propriétaires terriens, et, de plus, avec des droits du travail systématiquement bafoués. Depuis sa naissance, le Code du Travail a été dénoncé comme « communiste », pendant qu’une élite réduite accumulait la richesse économique et le pouvoir politique, sur la base de l’exploitation du travail.

Malgré cela, les principes et les droits fondamentaux des travailleurs ont été préservés et même renforcés au fil des décennies. Les travailleurs sont parvenus à les autonomiser avec leurs luttes et par le soutien qu’ils ont reçu des partis marxistes, des réformistes et des professionnels sensibles à leurs intérêts.

Depuis 1984, avec le développement du modèle d’entreprise, au milieu de l’essor mondial du néolibéralisme, de l’effondrement du socialisme et du triomphe de la mondialisation transnationale, les droits historiques du travail ont connu un assaut qui semblait être impossible à arrêter. Les chambres de production équatoriennes ont été unifiées dans une seule vision : rendre les relations de travail plus flexibles et précaires, en partant du principe que les droits « inflexibles » des travailleurs étranglaient et même tuaient les investissements productifs, un phénomène qui est nié dans l’histoire économique mondiale (et certainement nationale) même si on ne fait que le répéter en Équateur comme une certitude.

Ce protagonisme de l’entreprise, accumulé au fil des ans, a abouti grâce au Président Gustavo Noboa (2000-2003) à la « Loi pour la transformation économique » (Trole 1), qui a introduit le travail à taux horaires, l’uniformisation des rémunérations, la suppression des bonus, et a interdit l’indexation des salaires (selon l’inflation). Une autre « Loi pour la promotion de l’investissement et la participation citoyenne » a tenté de modifier le concept de rémunération, de fixer des plafonds à la répartition des bénéfices, de limiter les indemnisations, d’affecter les conventions collectives, de réglementer les grèves, de faciliter les licenciements et même d’introduire le concept de « travailleur multifonctionnel » ou « polyvalent » (différentes tâches pour le même salaire). Heureusement pour le pays et pour les travailleurs, la Cour Constitutionnelle a déclaré la loi inconstitutionnelle.

P1100744Cela n’a pas empêché la position persistante des élites du monde des affaires de rétablir la flexibilité de la main-d’œuvre. Ils ont dû faire face à un obstacle : le gouvernement de Rafael Correa (2007-2017) et la Constitution de 2008, qui a mis fin à la subordination de l’État aux chambres de production, malgré le fait qu’au cours des deux dernières années de ce gouvernement, plusieurs lois aient été adoptées pour rendre les droits du travail plus flexibles, sans toutefois atteindre les objectifs néolibéraux réactionnaires que les secteurs dominants traditionnels du pays ont toujours visés.

Avec le Président Lenín Moreno, les élites économiques sont revenues à la charge, ont ravivé leurs intérêts dans l’État et saluent le nouveau « climat » imposé par la « dé-Correisation » du pays. Le prétexte est la « crise » économique et maintenant ils plaident pour que « tout le monde » fasse des sacrifices.

Une fois de plus, les droits du travail, historiquement acquis, sont la cible des attaques. Elles ont été lancées par les représentants de l’État. Peu importe qu’il s’agisse d’êtres humains. Pour des raisons comptables, il est nécessaire de réduire de 10% le personnel des entreprises publiques. Il y a quelques jours, l’un des dirigeants du syndicat des marchands a déclaré à Radio Sonorama qu’il était « bon » de se séparer de 3 500 personnes pour réduire la taille de l’État ; et un autre dirigeant des banques, sur la même station radio, a déclaré que les salaires et traitements devraient être « gelés » pendant cinq ans « car nous avons de la main d’œuvre très chère« . Dans une autre station de radio locale, quatre économistes, que le directeur a décrits comme « les meilleurs du pays », ont répété leurs slogans bien connus et, naturellement, ont maintenu que la flexibilisation des normes du travail était irrémédiable et nécessaire.

Les slogans de ces élites économiques et de ces économistes qui défendent leurs intérêts manquent de fondement théorique et historique, mais ils dominent les médias et les divers environnements sociaux du pays. Ils font preuve d’une irresponsabilité sociale absolue. Seules les bonnes affaires et la rentabilité sont intéressantes, sans avoir la moindre idée de la recherche qui soutient le développement, le progrès et le bien-vivre d’avoir de bons salaires, capables de générer des niveaux élevés de demande globale.

Les expériences historiques de paix, de tranquillité institutionnelle et le renforcement de la démocratie qui découlent de l’éducation, de la santé, de la médecine, de la sécurité sociale universelle, des droits des travailleurs, des droits communautaires et sociaux, ainsi que d’impôts directs et progressifs, des patrimoines, des successions ou des profits pour parvenir à la redistribution de la richesse ne comptent pas. Les élites économiques continuent de montrer des signes de leur retard conceptuel et idéologique, à tel point qu’elles semblent préférer les esclaves que des travailleurs avec des droits et une société avec une bonne vie.

Source : ¿Esclavos o trabajadores?

Etiquette: ; ; ; ;