L’association bretonne L’Orme a livré son bilan en matière d’équipement des villages des Moyen et Haut Atlas marocains en eau courante potable. Ainsi, depuis 2008, une vingtaine de villages ont été alimentés en eau, soit 20.000 personnes. L’Orme organise également des sessions d’alphabétisation, en particulier des femmes.

Sur son site officiel, l’association bretonne L’Orme, sise la ville de Rennes, livre son bilan chiffré et ses ambitions pour le futur. Depuis 10 ans, cette association se consacre à doter les villages du Moyen et Haut Atlas au Maroc en eau potable. À la fin janvier 2019, ses réalisations sont importantes au vu du nombre de foyers alimentés. À ceci, s’ajoutent les efforts qu’elle déploie dans la lutte contre l’analphabétisation dans ces régions, en particulier chez les femmes.

«Plus de 20 villages des Moyen et Haut Atlas ont pu bénéficier de l’eau potable au foyer», affirme l’association. «Soit environ 20.000 personnes, libérant ainsi les femmes de la corvée de l’eau et améliorant la santé générale des populations, des enfants en particulier», a-t-elle encore ajouté.

Depuis 2006, l’association bretonne a installé 17 équipements d’accès à l’eau potable au Maroc. Rien qu’au mois d’octobre 2018, L’Orme a réceptionné deux projets financés par les agences de l’eau Loire-Bretagne et Adour-Garonne. Grâce à ces deux équipements, «ce sont 800 habitants qui disposent maintenant d’eau saine à domicile», indique le site de l’association.Pour ce qui est des projets futurs, l’association a lancé celui de la région d’Ighzrane qui concerne cinq villages de montagne, situés entre 1.200 et 1.400 mètres d’altitude. «Un réseau complexe de 31 kilomètres de conduites reliera ces cinq villages à un unique forage de 120 mètres de profondeur», affirme le site de l’Orme. «Les travaux ont commencé le 1er décembre 2018 et dureront entre 18 à 24 mois», est-il encore précisé.

En dépit de la réalisation des projets, l’association a créé toute une dynamique sociale impliquant les populations locales. En effet, les habitants des villages bénéficiaires participent aux différentes phases de réalisation de ces installations. À la réception des projets, c’est aux habitants que revient la responsabilité d’assurer la gestion et la maintenance des équipements, en particulier ceux du pompage de l’eau, qu’ils soient électriques ou solaires. Dans ce cadre, L’Orme a instauré une redevance pour l’eau consommée, que les associations des villages se chargent de collecter et de gérer.

Depuis 2016, l’association mène dans ces régions du Maroc une campagne d’alphabétisation en direction des populations, en particulier des femmes. Chaque année, des groupes de quelques dizaines de personnes suivent des cours s’étalant sur trois à quatre cycles de 100 heures.L’Orme «souhaite faire sortir les femmes de l’analphabétisme qui touche 90% d’entre elles», lit-on sur son site. «Cette action permettra par la suite de créer des activités génératrices de revenus et de développer une économie locale», soutient encore l’association.

L’Orme est également présente au Bénin, où elle mène les mêmes actions et programmes qu’au Maroc.

Etiquette: ; ; ; ;