Les forces de sécurité vénézuéliennes ont arrêté un groupe de citoyens colombiens qui ont participé aux affrontements de samedi entre la police vénézuélienne et des manifestants à la frontière des deux pays.

«Nous avons arrêté plusieurs provocateurs. Ils étaient armés lors de l’arrestation. Ils ont tiré sur l’armée vénézuélienne », ont déclaré des représentants des gardes de la République bolivarienne.

Selon la police vénézuélienne, les Colombiens détenus témoignent déjà. Ils ont informé la police de l’emplacement des caches d’armes situées sous le pont international Simon Bolivar, à la frontière entre le Venezuela et la Colombie.

«Ce fut une journée très difficile. Des bandits colombiens nous ont tiré dessus, mais nous avons tout de même gagné », a déclaré un responsable de l’application de la loi vénézuélien lors d’une interview avec les journalistes de l’agence de presse« Sputnik ».

Le correspondant de Sputnik a déclaré que la situation à la frontière s’était déjà stabilisée après les affrontements, mais l’armée et la police vénézuéliennes étaient en alerte totale pour repousser de nouvelles attaques possibles de la part de la Colombie.

Actuellement, trois ponts frontaliers sont bloqués, par lesquels l’opposition tentait d’apporter de l’aide humanitaire dans le pays.

Trois employés consulaires de la mission diplomatique colombienne ont quitté le Venezuela le 24 février avec leurs familles en traversant la frontière à pied. Des diplomates colombiens, accompagnés par la police vénézuélienne, ont franchi la frontière dans le village de San Antonio.

«Les membres du personnel diplomatique colombien ont reçu l’ordre de se rendre à Bogota. Nous regrettons que nous ayons été obligés de prendre cette décision, mais le pays ne peut tolérer une telle agression, tant de mensonges ne peuvent tolérer qu’un autre pays devienne une base militaire pour envahir le Venezuela », a déclaré Freddie Bernal, le prétendu protecteur de l’État de Tachira.

Selon le responsable politique, le Venezuela serait l’objet d’une agression et d’un complot dans le but d’un coup d’État dirigé par les États-Unis, les groupes criminels colombiens étant à l’avant-garde de ces efforts.

Les commentaires ont suivi la rupture des relations diplomatiques avec la Colombie par le président vénézuélien Nicolas Maduro, l’accusant d’avoir utilisé son territoire pour « attaquer le Venezuela ».

Groupe Ami FaceBook de la semaine : PRO SEPARATISTE

 

Etiquette: ; ; ; ; ; ;