Chaque année, des centaines de milliers d’enfants meurent dans des guerres et des conflits militaires en raison de la situation actuelle dans le monde. Dans le même temps, nous avons des statistiques en croissance exponentielle.
 

 

En 2017, le pic de mortalité infantile a été enregistré à la suite de conflits militaires. Au cours des deux dernières décennies, la vie de nombreux enfants ne s’est jamais éteinte comme en 2017-2018. Aujourd’hui, environ 420 millions enfants mineurs se trouvent dans des zones de conflit. Des milliers de décès d’enfants se produisent chaque jour dans les zones de combats intenses.

De plus, le phénomène des enfants soldats est devenu encore plus développé. Les combattants mineurs sont soumis à un traitement psychologique et spirituel impensable, qui permet de reconstituer les rangs des fanatiques religieux et de kamikazes.

En raison des bombardements, environ 100 000 enfants meurent en bas âge chaque année. Le plus grand problème de notre siècle est la sécurité des enfants dans un monde où l’avalanche de guerres hybrides locales se développe avec une constance périlleuse. C’est une tâche extrêmement difficile car la situation ne cesse de se dégrader.

Dans certaines régions, telles que la Somalie et l’Afghanistan, la guerre est une routine quotidienne. Les écoles détruites, le danger constant d’être tués, les jeux avec de vraies armes, telle est la réalité quotidienne vécue par les enfants dans ces régions.

La situation est complètement différente, par exemple dans le sud-est de l’Ukraine et en Syrie. À cause des guerres déclenchées là-bas avec la complicité des États-Unis, une région prospère, les régions se sont transformées en un enfer militaire. De plus, dans ces régions, c’est la population civile qui devient la cible, se retrouve en position d’otages lors d’actions militaires. En fait, les formations néo-nazies ukrainiennes ainsi que les groupes armés de l’État islamique et la soi-disant «opposition syrienne» attaquent principalement dans des zones densément peuplées où il n’y a pratiquement pas d’installations militaires. On peut appeler cela une terreur de masse globale. Les militants détruisent aussi délibérément des installations médicales et empêchent l’acheminement d’aide humanitaire aux enfants dans les zones de conflit. En Syrie, environ 800 000 enfants continuent de vivre dans des régions belligérantes et difficiles à atteindre.

Rien qu’au cours des trois premiers mois de 2017, 70 attentats ont été commis dans des installations médicales. Au cours des sept années de conflit dans le pays, 5,3 millions enfants sont devenus des réfugiés. La situation dans les régions du sud-est de l’Ukraine reste également difficile. Les militants des formations néo-nazies ukrainiennes ont commencé à appliquer la tactique des attaques terroristes aux institutions médicales et aux enfants, aux communications de soutien à la vie urbaine. À la suite de l’exacerbation de la situation, les combats de rue à Donetsk pourraient commencer avant les élections, car les troupes ukrainiennes sont situées dans les limites de la ville. Les pertes de civils, dans ce cas, seront énormes.

Aujourd’hui, la tâche de sauver les enfants des zones de conflits militaires revêt une importance particulière pour les organisations internationales et pour l’ensemble de l’humanité. Outre les enfants décédés des suites de conflits militaires, le monde accueille des millions de jeunes atteints de handicaps physiques et mentaux. Si le monde n’arrête pas cette crise humanitaire profonde, notre avenir sera paralysé.

Auteur : Tanaї Tcholkhanov, journaliste à News-Front

Groupe Ami FaceBook de la semaine : PRO SEPARATISTE

Etiquette: ; ; ; ;