La seconde rencontre entre le président américain et le dirigeant nord-coréen a un goût d’inachevé. Washington et Pyongyang se donnent plus de temps pour trouver un «bon accord» alors que les deux États divergent sur la «dénucléarisation» de la péninsule coréenne et la levée des sanctions contre le régime communiste.

Il faudra attendre encore. «Aucun accord n’a été conclu» lors du sommet à Hanoï entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump sur le nucléaire, a annoncé ce jeudi la Maison-Blanche. Se voulant rassurant, sa porte-parole, Sarah Sanders, a précisé que «leurs équipes [avaient] hâte de se rencontrer», alors que les discussions entre Américains et Nord-Coréens ont pris fin à Hanoï.

S’exprimant devant la presse, Donald Trump a précisé que les Nord-Coréens étaient toujours «disposés à procéder à une dénucléarisation», mais que les Etats-Unis ne «pouvaient pas renoncer à toutes les sanctions», ce qu’exige régulièrement Pyongyang depuis le début des négociations.

Kim Jong-un et Donald Trump ont donc quitté dans des convois séparés le lieu de leur sommet, sans participer à la «cérémonie publique de signature d’un accord conjoint» initialement prévue. Le président américain a assuré jeudi qu’il n’était «pas pressé» et privilégiait le fait d’arriver à «un bon accord» sur le nucléaire nord-coréen. De son côté, le dirigeant communiste a déclaré qu’il ne serait pas venu à Hanoï pour un sommet avec Donald Trump s’il n’était pas prêt à la dénucléarisation. «Si je ne l’étais pas, je ne serais pas là», a indiqué le dirigeant nord-coréen, répondant à une question d’un journaliste.

Etiquette: ; ;