«Xénophobe», «raciste» ou encore «homophobe»: pour l’écrivain Bernard-Henri Lévy, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, réveille les «instincts les plus piteux de ses concitoyens». BHL a dépeint de la sorte Salvini sur le plateau de l’émission C à vous, estimant que ce dernier était au pouvoir par la faute du peuple.

L’écrivain Bernard-Henri Lévy s’est lancé dans une critique de Matteo Salvini, le ministre italien de l’Intérieur. Il a été interrogé concernant le chef du parti Ligue dans l’émission C à vous, sur France 5, où il était invité le 28 février.

«Matteo Salvini représente le visage du pire aujourd’hui, du pire en Europe», a lancé Bernard-Henri Lévy.

Le chroniqueur Patrick Cohen a donc demandé à BHL s’il estimait que Matteo Salvini était «l’un des hommes les plus dangereux en Europe aujourd’hui». La réponse a été immédiate:

«Oui, bien sûr, parce qu’il est xénophobe, parce qu’il est raciste, parce qu’il est homophobe, parce qu’il fait appel aux instincts les plus piteux de ses concitoyens. Parce qu’il est brutal […] et parce que, étant tout ce que je vous dis là, il se trouve être au pouvoir.»

Expliquant sa popularité auprès des Italiens, BHL a fait remarquer qu’il «arrive au peuple de se tromper». D’après lui, au cours du XXe siècle «c’est arrivé souvent» «au nom des droits des individus, au nom de leur intégrité physique, au nom de cette chose toute bête qui s’appelle les droits de l’Homme»:«Des gens arrivent au pouvoir par un processus électoral absolument impeccable et ça donne un cauchemar pour leur peuple et pour les peuples voisins.»

Bernard-Henri Lévy a été en Italie dans le cadre de sa tournée en Europe avec sa pièce de théâtre «Looking For Europe», une «bataille de civilisation». Milan était sa première destination et elle n’a pas été choisie au hasard, étant donné les nombreuses attaques de BHL contre l’actuel gouvernement italien. S’en prenant aux autorités italiennes, BHL a mis en garde les Milanais contre le nationalisme.

Etiquette: ; ; ; ;