L’ambassade de Russie au Royaume-Uni a exigé dimanche que l’hebdomadaire Mail on Sunday présente ses excuses, alors qu’il avait accusé à tort l’ambassadeur russe Alexandre Iakovenko.

Le média britannique Mail on Sunday, qui a accusé d’espionnage l’ambassadeur russe Alexandre Iakovenko, doit s’excuser, a déclaré dimanche l’ambassade de Russie à Londres dans une lettre adressée à Ted Verity, rédacteur en chef de l’hebdomadaire.

«L’information diffusée par votre média, selon laquelle l’ambassadeur Alexandre Iakovenko aurait été expulsé pour espionnage alors qu’il travaillait pour la représentation permanente de l’URSS à New York, ne correspond pas à la réalité. M.Iakovenko a travaillé à la représentation permanente auprès de l’Onu de 1981 à 1986, il a quitté les États-Unis à la fin de son mandat, dans les délais établis. L’allégation selon laquelle il aurait été expulsé est un mensonge flagrant […]. Compte tenu de ce qui précède, l’ambassadeur attend vos excuses et nous vous mettons au défi de publier cette lettre», a indiqué l’ambassade.

La mission diplomatique russe a en outre démenti les allégations de Mail on Sunday sur la prétendue remise à M.Iakovenko d’une distinction d’État «pour ses activités d’espionnage».«En 1993-1998, Alexandre Iakovenko a conduit la délégation russe aux négociations sur le lancement de la Station spatiale internationale, un projet conjoint de la Russie, des États-Unis, des pays de l’UE, du Canada et du Japon. C’est après le succès de ces négociations et la signature d’un accord à Washington en 1998, qu’il s’est vu remettre la médaille de l’Ordre du mérite pour la Patrie de 2e classe», a expliqué l’ambassade de Russie.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait précédemment aussi démenti via Facebook les allégations du média, expliquant au cas par cas les erreurs commises par les journalistes, qu’elle a qualifiés de «mal instruits et mal éduqués», dans leur article sur M.Iakovenko.

Etiquette: ; ; ; ;