Alors que la plupart des terroristes de l’État islamique* sont éliminés, l’une des rares zones d’instabilité en Syrie reste le territoire occupé par les troupes américaines dans la région d’Al-Tanfa. Washington est bénéfique d’un tel alignement et maintenant, ils feront tout pour que tout reste tel quel.

Le journaliste Andrei Ontikov a commenté la situation du camp de réfugiés syriens Er-Rukban, dont les habitants étaient devenus des otages des forces armées américaines.

Selon l’expert, ce camp est, bien que tendu, la seule raison du maintien de la présence militaire américaine dans la RAS. « En gros, c’est un bouclier humain », a-t-il ajouté.

Pour résoudre le problème des réfugiés, il faut perdre les motifs de l’occupation. C’est pourquoi Washington empêche les interventions de Damas, de Moscou et même de l’ONU dans cette zone, a déclaré Ontikov: « Les mots selon lesquels les États ne garantissent pas la sécurité à quiconque se trouve dans leur zone de 55 kilomètres sont véridiques. Indice que les États-Unis sont d’une certaine manière complice du terrorisme. En réalité, le district d’Al-Tanf est le seul territoire où les terroristes IG peuvent encore se cacher.* »

À cet égard, poursuit-il, il est important que la partie russe continue à œuvrer dans le domaine humanitaire pour rassurer et informer les réfugiés que leurs logements est en cours de restauration en Syrie et pour que l’aide humanitaire tombe entre de bonnes mains. Le journaliste Ontikov n’a pas exclu le scénario militaire d’Al-Tanfu: « Si les États-Unis sont si effrontés, c’est qu’ils attaquent les combattants de l’armée arabe syrienne qui tentent d’entrer dans la zone d’occupation, il faut alors encercler et éliminer tous les terroristes qui tenteront de s’échapper. »

* – interdit en Fédération de Russie

Groupe Ami FaceBook du mois : UNION SLAVE

 

Etiquette: ; ; ; ; ;