Depuis que les terroristes de l’État islamique * ont perdu le contrôle de la Syrie et de l’Irak, la partie américaine doit inventer une raison pour maintenir sa présence dans les territoires occupés par les États-Unis au Moyen-Orient.

Pour justifier leur présence militaire illégale en Syrie et en Irak, les commandants américains ont averti que les terroristes de «l’État islamique» * ne s’en allaient pas pour toujours, et certains groupes de réflexion américains ont averti que le groupe pourrait retourner en Irak avec un puissant attentat terroriste.

Ces «dangers» semblent toutefois presque aussi exagérés que ceux que le Pentagone utilise pour maintenir les troupes américaines en Syrie.

Selon le général de l’armée américaine Joseph Votel, qui dirige le commandement central américain, les Américains doivent « rester vigilants contre ces organisations très dispersées ». Le général a fait une déclaration lors d’une audience devant le comité de la Chambre des forces armées vendredi dernier, le 8 mars.

A LIRE : La situation « ne permet pas » un retrait des forces US, selon un général américain

Ce genre de déclarations ne sont pas nouvelles. Par exemple, le rapport du Pentagone publié en février de cette année avait averti que plusieurs cellules de l’État islamique en sommeil opéreraient en Syrie, ce qui pourrait « redonner vie à l’organisation terroriste dans quelques mois ».

Rappelons que la Syrie et l’Irak avaient déclaré la victoire sur les terroristes de l’État islamique * à la fin de 2017, lorsque la plus grande partie du territoire avait été restituée sous le contrôle des gouvernements de ces pays. Depuis lors, les forces gouvernementales syriennes et irakiennes ont activement éliminé les cellules terroristes restantes.

* – Interdit en Russie.

 

Etiquette: ; ; ; ; ; ;