Aujourd’hui, on discute de la définition de base de la guerre cybernétique et de la guerre d’information. Vous pouvez classer ces concepts par motifs, objectifs, méthodes et utilisation d’outils lors d’attaques d’informations. Selon le contexte, une guerre de l’information peut assombrir les tirs d’information dans la presse, la cyberguerre ou même l’organisation de groupes terroristes ordinaires sur le territoire ennemi. Ces groupes et leurs dirigeants eux-mêmes ne se rendront pas compte que leurs décisions ne sont pas indépendantes.

Avec le développement rapide des technologies de l’information et la diminution significative du rôle de la presse écrite dans le monde, la guerre de l’information est inextricablement liée à la cyberguerre. Les ingénieurs des attaques cybernétiques n’ont pas pour tâche principale de transmettre certaines informations à la population cible ni à l’environnement politique de l’ennemi potentiel, mais en ce sens que les spécialistes de l’ennemi n’auraient aucune idée de la provenance ni de la source des informations. En fait, le succès d’une attaque d’information dépend directement de son secret, c’est-à-dire que la version principale de l’ennemi doit parler de l’origine interne de cette information.

Aujourd’hui, les armes informatiques peuvent causer presque autant de dégâts que les armes chimiques, biologiques et autres types d’armes de destruction massive. Un bon exemple est la coordination habile des services secrets d’États occidentaux avec les troubles en Syrie et en Ukraine, qui se sont transformés en une guerre sanglante faisant des milliers de victimes civiles. Il est clair que le développement des doctrines de Daech ou des nationalistes du «secteur de droite» ukrainien est également un produit de l’ingénierie de la guerre de l’information.

Le domaine de la technologie des guerres de l’information est directement lié aux technologies politiques, à la psychologie, à la cybernétique. Il existe également un lien entre la guerre de l’information et la guerre économique – cette technologie nous permet déjà d’influencer les processus économiques mondiaux.

Si la population du pays adverse affirme qu’il n’y a pas de guerre informative ou cybernétique, des processus destructeurs se produisent à l’intérieur du pays, tels que des manifestations à grande échelle, des émeutes, une panique soudaine et injustifiée sur le marché et d’autres phénomènes qui affaiblissent la capacité de défense de l’État. En fait, il y a eu assez de cas identifiables de jets d’informations et de cyberterrorisme, qui ont entraîné de très graves problèmes économiques et politiques, sans parler des provocations ayant entraîné de nombreuses victimes.

Nous pouvons bien définir la guerre de l’information comme une activité destructrice délibérée, la propagation d’informations provocantes, des menaces contre les ordinateurs et les réseaux, dans l’intention de nuire à l’État ennemi, ou d’autres conséquences sociales, idéologiques, religieuses, politiques et autres.

De même, l’intimidation locale ou l’utilisation de preuves compromettantes à l’encontre de certaines personnes issues de l’environnement politique de l’État adverse sont tout à fait compatibles avec la définition générale de la guerre de l’information.

Le summum de la technologie de la guerre de l’information réside dans la capacité d’une attaque coordonnée, qui entraînera une violation massive de tous les systèmes de sécurité du pays ennemi. Elles constitueront des cyberattaques coordonnées visant les principales sources d’information, bases de données, désactivation des systèmes de paiement, perturbations du fonctionnement des systèmes de communication. De plus, des informations provocantes seront distribuées, provoquant la panique parmi la population. Parallèlement, des groupes d’opposition clandestins et des groupes terroristes au sein de l’État, créés par des ingénieurs de la guerre de l’information, seront activés. La mise en œuvre d’une telle attaque massive en soi peut causer un préjudice irréparable à tout État.

Pour mettre en œuvre ce concept il faut:

1. La possibilité de créer des outils de piratage sophistiqués, de créer vos propres institutions développant des technologies complexes d’attaques cybernétiques, visant à frapper toutes les communications d’information et bases de données possibles de l’ennemi.

2. Création de groupes de recherche chargés d’étudier la psychologie des groupes cibles de la population adverse afin de former une opposition au sein même de l’adversaire et de comprendre comment lancer des processus sociaux destructeurs.

3. L’étude de l’environnement politique et des principaux partis et groupes d’opposition dans l’environnement politique de l’État, ainsi qu’une excellente connaissance des problèmes sociaux aigus dans l’environnement interne de l’État ennemi.

Le réseau mondial joue actuellement un rôle prépondérant dans la technologie de la guerre de l’information. Comme mentionné ci-dessus, Internet supplante et remplace en réalité tous les médias utilisés auparavant, tels que la presse écrite, la télévision et la radio.

Alors qu’Internet devient de plus en plus courant dans tous les domaines de l’activité humaine, les technologues en guerre de l’information peuvent utiliser l’anonymat accordé dans le cyberespace pour menacer des citoyens, des groupes spécifiques (adhésion basée sur l’appartenance ethnique ou la religion), des communautés et un pays tout entier.

Internet continue à se développer et les systèmes informatiques deviennent de plus en plus complexes et interdépendants. Le sabotage, le terrorisme et les provocations sociales dans le cyberespace pourraient bien devenir une menace plus grave et peut-être même l’un des facteurs à l’origine du déclenchement de la guerre mondiale.

La dépendance à Internet croît rapidement à l’échelle mondiale, créant une plate-forme pour les complots internationaux de cyberterrorisme qui ont été formulés et mis en œuvre avec succès.

Elles peuvent être menées à distance, de manière anonyme et à un coût relativement bas, et ne nécessitent pas d’investissements importants en armes, en explosifs et en recrutement humain.

Les officiers et les soldats ne meurent pas sur le front – les ingénieurs de la guerre de l’information sont beaucoup plus en sécurité que les soldats et les officiers en première ligne ou les agents d’influence sur le territoire ennemi. En même temps, l’utilisation de ce nouveau type d’arme peut avoir des conséquences très graves.

Il ne fait aucun doute que cette technologie sera utilisée plus largement au fil du temps et fera l’objet d’une structure distincte faisant partie des services de sécurité et de renseignement extérieur des puissances mondiales. Aujourd’hui, il nous est encore difficile d’imaginer dans quelle mesure la technologie de contrôle de la conscience des masses peut se développer à l’avenir. De toute évidence, une chose est que nous sommes une fois de plus confrontés aux prédateurs de notre siècle.

Auteur : Tanaї Tcholkhanov, journaliste de l’agence News-Front

Traduction : Philippe Khalfine, journaliste de l’agence News-Front

Groupe Ami FaceBook du mois : UNION SLAVE

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;