La classe politique française a salué, dans l’ensemble, le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat et la «victoire» des algériens remportée grâce à leurs mobilisations. Toutefois, le RN met en garde contre une menace islamiste.

Après que le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian a «salué» la décision du Président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et de «prendre des mesures pour rénover le système politique algérien», l’opposition française a également réagi à cette annonce, notamment sur les réseaux sociaux.

Le leader de la France Insoumise a été parmi les premiers à commenter sur Twitter:

«Par sa mobilisation massive, le peuple algérien obtient la satisfaction de sa principale revendication: Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle. Chapeau le peuple algérien! En France on devrait y réfléchir!», a écrit Jean-Luc Mélenchon.

Le Rassemblement National a de son côté mis en garde contre une menace islamiste:

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a salué le fait que les mobilisations des algériens aient porté leurs fruits.

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;