Le vice-Premier ministre et chef de la diplomatie algérienne a rassuré ses concitoyens et la communauté internationale: les scénarios syrien et libyen ne se répéteront pas en Algérie. Lors d’un passage sur la Radio nationale, il affirmait qu’Alger assumera ses responsabilités quant à la sécurité et la stabilité de la région.

Lors de son passage sur les ondes de la chaine 3 de la Radio nationale, Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre et chef de la diplomatie algérienne, a affirmé que, face aux manifestations anti-Bouteflika, les autorités de son pays ne referont pas les mêmes erreurs que leurs homologues libyens et syriens. Il a rappelé que la stabilité de l’Algérie était très importante pour toute la région et a salué le comportement responsable des manifestants.

Для плеера требуется установить Flash Player

«Il faut être responsables, mais il ne faut pas s’inquiéter», a déclaré le diplomate. «Nous sommes l’Algérie, nous avons notre histoire, notre peuple. La Syrie et la Libye ont fait des erreurs que nous ne faisons pas, que nous ne ferons pas», a-t-il affirmé.

Dans le même sens, le responsable a mis l’accent sur les graves conséquences que pourraient avoir un débordement de la situation politique dans le pays sur la sécurité et la stabilité de toute la région. «L’Algérie assume pour elle-même, pour son voisinage et pour la communauté internationale des responsabilités concernant la sécurité nationale, le développement et la stabilité de la région», a-t-il soutenu.

Par ailleurs, il a évoqué le caractère pacifique de toutes les manifestations qui se déroulent depuis le 22 février sur tout le territoire national. M.Lamamra en a profité pour saluer l’esprit de responsabilité dont faisaient preuve les manifestants, notamment les jeunes. «Les manifestants sont parfaitement respectables, nous sommes admiratifs devant cette capacité d’organisation et cette maitrise extraordinaire. Par le passé, ça n’a pas pu se faire de cette manière», a-t-il affirmé, ajoutant que «cette jeunesse, c’est un capital précieux pour la nation algérienne».

Pour répondre aux aspirations de la jeunesse algérienne, Ramtane Lamamra a expliqué que des changements substantiels seront apportés à l’action du gouvernement qui ne se contentera pas de gérer les affaires courantes, mais qui aura à « prendre des décisions importante», notamment dans le domaine économique.Dans son message aux Algériens, le Président Bouteflika avait annoncé le report de l’élection présidentielle du 18 avril, s’engageant à ne pas être candidat. Il a par ailleurs annoncé l’organisation d’une conférence nationale inclusive et l’installation d’un nouveau gouvernement de technocrates.

Des manifestations populaires ont eu lieu dans la capitale Alger et dans d’autres villes, dénonçant les décisions du Président, notamment la prolongation de son 4e mandat. Sur les réseaux sociaux, des appels à des marches nationales, prévues vendredi 15 mars, ont été lancés et massivement relayés.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;