La philosophe Renée Frégosi s’est exprimée sur la question de la laïcité et «l’offensive islamiste», déclarant qu’en France, «les islamistes considèrent le pays comme étant « al islam », c’est-à-dire voué à devenir musulman à titre plein.»

Dans un entretien accordé au journal Causeur, la philosophe Renée Frégosi a abordé la question de la laïcité en France et l’expansion de la religion musulmane en Europe.

La France et son modèle laïque sont-ils un champ de bataille dans une guerre globale de l’islamisme radical contre l’Occident? «Oui et non», répond la philosophe. D’un côté, la laïcité est née en Occident. De l’autre, c’est bel et bien l’Occident qui a inventé la notion d’universalisme.Pour elle, «les tenants de l’islam politique s’évertuent à persuader les musulmans que la laïcité est strictement occidentale et qu’elle doit, à ce titre, être combattue comme un héritage colonial».

«La France est bien en première ligne dans la guerre que livre l’islamisme à tous ses ennemis, parce que la défense du principe laïque y est plus forte et argumentée qu’ailleurs, et parce que le nombre de musulmans y étant en croissance régulière depuis les années 70, les islamistes considèrent le pays comme étant « al islam », c’est-à-dire voué à devenir musulman à titre plein. L’offensive islamiste y prend donc toutes les formes: violentes ou non, politiques, sociales, idéologiques», explique-t-elle.

La philosophe considère que «les islamistes revendiquent pour tous les musulmans vivant en France le droit de vivre selon le particularisme communautaire religieux et, en quelque sorte, pour les Français musulmans, leur appartenance à la nationalité française « dans le statut de l’indigénat » de l’Algérie coloniale.»

Renée Frégosi rappelle que depuis l’indépendance de l’Algérie, la religion musulmane est importée en France par une immigration principalement maghrébine et subsaharienne. La religion de ces populations immigrés est venu «contester» la construction historique de la laïcité française, à la fois de l’extérieur et «postérieurement à l’édification de la France laïque».Elle avance qu’il conviendrait de répondre à «l’offensive islamiste actuelle» par une refonte de la loi de 2004 qui «rate sa cible en assimilant le voile à un signe religieux comme un autre et en en limitant l’interdiction dans l’enseignement primaire et secondaire» pour «s’opposer explicitement à la tentative d’imposition d’éléments de la charia dans la République» comme le port du voile, la reconnaissance du blasphème, et le séparatisme communautaire.

Etiquette: ; ; ;