Le chef de file du parti italien La Ligue et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a avancé l’idée de la castration chimique pour certains criminels sexuels à la suite du viol d’une touriste américaine. Mais la proposition a été rejetée par les députés du Mouvement 5 étoiles.

Les députés de la coalition au pouvoir en Italie se sont affrontés au sujet d’un nouveau projet de loi censé lutter contre les crimes sexuels dont le viol et la vengeance pornographique.

L’idée de la castration chimique pour certains criminels sexuels, avec leur consentement, comme condition préalable à la libération conditionnelle, a été avancée par La Ligue (droite), notamment par son secrétaire général Matteo Salvini. Mais les partenaires de la coalition de ce parti, le Mouvement 5 étoiles (antisystème), se sont opposés à cette idée. La députée du Mouvement 5 étoiles Veronica Giannone a rejeté cette proposition en déclarant: «C’est une blague de dire « nous vous castrerons, mais seulement si vous êtes d’accord ». La castration chimique n’est pas la bonne méthode, contrairement à la prison et la certitude du châtiment».

M.Salvini, qui occupe également le poste de ministre de l’Intérieur, avait tweeté qu’il s’agissait d’une punition appropriée pour les trois hommes qui avaient violé une touriste américaine à Catane, en Sicile.

​«Pour les violeurs de Catane qui ont violé une touriste, pas de rabais: certitude de punition et de castration chimique!», a-t-il écrit.

Les trois hommes auraient agressé sexuellement et violé la femme tout en filmant l’attaque. Des arrestations ont eu lieu lorsque la police les a identifiés et arrêtés après qu’un des hommes a envoyé une vidéo à la victime via les réseaux sociaux et l’a invitée à sortir le lendemain soir.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;